Santé : l’obésité peut faire perdre huit ans d’espérance de vie

Article mis à jour le 

Obésité et obésité sévère pourraient faire perdre jusqu’à huit années d’espérance de vie, et même 19 ans de vie en bonne santé aux personnes touchées par la pathologie. C’est le résultat d’une étude publiée dans la revue The Lancet Diabetes & Endocrinology.

La conclusion du médecin épidémiologiste Steven Grover de l’université McGill  (à Montréal) est sans appel : plus une personne est en surpoids jeune, plus les conséquences en matière de santé sont graves. Son étude rendue publique dans la revue The Lancet Diabetes & Endocrinology rappelle que l’obésité augmente le risque de contracter des maladies cardiovasculaires – crises cardiaques, AVC et diabète compris. Ce qui réduirait de fait l’espérance de vie par rapport aux individus dont le poids est normal.

Rappelons que c’est un indice de masse corporel (IMC, soit le poids divisé par la taille au carré) élevé qui définit l’excès de poids. Alors que le surpoids s’entend à partir d’un IMC de 25 et plus, l’on parle d’obésité à partir d’un IMC au-delà de 30 et d’obésité sévère passé 35. À en croire l’étude de Grover, les gens en surpoids perdent de 0 à 3 ans d’espérance de vie, ceux avec un IMC entre 25 et 30 une année à six, et au-delà une à huit ans. À noter que les pertes les plus conséquentes touchent les individus de 20 à 29 ans.

Une espérance de vie en chute, et une mauvaise santé

À en croire l’étude, la période de vie en mauvaise santé peut atteindre 19 ans chez les personnes touchées par l’obésité sévère. Problème : l’OMS met en évidence que l’obésité a doublé depuis les années 1980. Tant et si bien qu’1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus sont aujourd’hui concernées par le surpoids.

Sources : thelancet, leparisien