La science tente toujours d’expliquer d’où viennent nos larmes

Article mis à jour le 

Nos larmes "sentimentales" sont un phénomène que la science ne s'explique toujours pas...
Nos larmes "sentimentales" sont un phénomène que la science ne s'explique toujours pas...

Si pleurer est un acte naturel, leur véritable origine reste inconnue. Ces dernières années, des scientifiques à travers le monde ont tenté de définir la nature de ce phénomène. Les résultats sont cependant encore loin de faire l’unanimité.

Devant un film émouvant ou sous le coup de la tristesse, une larme se met à perler au coin de l’œil. Cette réaction peut tout dire ou pas. Depuis des siècles, la science essaie de résoudre le mystère des pleurs. Rares sont pourtant les réponses apportées jusqu’à ce jour.

Les différents types de larmes

Saviez-vous qu’il existe trois sortes de larmes ? Les scientifiques sont d’accord sur ce point. La larme dite “basale” sert à humidifier les yeux. En leur apportant des protéines et d’autres substances, elle préserve les yeux des infections en tout genre. La larme “réflexe” apparaît lorsque l’organe de la vue est agressé ou irrité par des éléments extérieurs tels que la fumée, le vent ou les oignons. En troisième point, la larme dite “sentimentale” est le fruit des émotions. Si les deux premières catégories sont explicables par la science, la troisième est un vrai mystère.

Les avis divergent

Si les émotions fortes sont à l’origine des larmes “sentimentales”, les spécialistes n’ont pas le même avis sur le stimulus à l’origine de cette réaction. Selon certains scientifiques, les pleurs sont avant tout un signe de détresse envoyé à l’entourage. D’autres soutiennent qu’il s’agit d’un moyen pour susciter la compassion lorsque l’on est en détresse, comme dans le cas des enfants. D’après Lauren Bylsma, les larmes “sentimentales” permettraient d’évacuer le stress en libérant des endorphines, les hormones du bien-être.

Menée sur 60 personnes, une étude parue en août dernier dans la revue “Motivation and Emotions” a révélé que le fait de pleurer rendrait plus heureux. Lors de cette expérience, deux films émouvants ont été projetés. Durant la projection, 28 personnes ont pleuré. Le sondage suivant a souligné que les 32 personnes n’ayant pas versé une larme ont gardé une humeur égale, alors que les 28 autres se sont senties mieux après avoir pleuré. Leur humeur s’est ensuite assombrie une heure et demie plus tard. Cette étude a révélé que les pleurs rendent plus heureux en affectant le moral. Quand le stress et l’angoisse s’accumulent cependant, pleurer ne rend pas plus joyeux. Finalement, les effets réels des larmes sur notre corps ne sont pas encore limpides.

 

Source : huffingtonpost, radiokerne