Sécurité routière : plus de radars cet été sur la route des vacances

Article mis à jour le 

Top départ des vacances d'été dans quelques semaines oblige, la Sécurité routière a fait savoir jeudi que les radars mobiles de nouvelle génération seraient dorénavant étendus à l'ensemble de la France. Installés dans les voitures des forces de l'ordre, ces derniers permettraient de mieux contrôler les dépassements de vitesse.

À quelques semaines des vacances d'été, la Sécurité routière a annoncé le déploiement d'un vaste dispositif de sûreté des automobilistes sur les routes de France. D'une part, les radars mobiles de nouvelle génération, embarqués dans des voitures de forces de l'ordre banalisées, vont se généraliser dans toute la France. Et en parallèle, les contrôles vont se multiplier pour éviter les excès de vitesse importants et ainsi réduire les accidents. Objectif affiché par la Sécurité routière : faire baisser le nombre de décès sur les routes – qui a atteint 3 268 en 2013 -  sous les 2 000 d'ici 2020. À noter que dans tous les types d'accident, qu'ils soient liés à l'alcool, à la prise de drogue, à la somnolence ou encore au non respect du code de la route, la vitesse reste quoi qu'il en soit un facteur aggravant.

Pas moins de 150 voitures équipées

À compter de mi-juillet, les Alpes-de-Haute-Provence, la Haute-Corse, l'Ardèche ainsi que les Hautes-Pyrénées s'intègreront aux 22 nouveaux départements disposant de radars mobiles de nouvelle génération. Tant et si bien que 150 véhicules seront dorénavant équipés du système. Résultat, la police et la gendarmerie auront cet été à leur disponibilité près de 4 200 radars pour limiter la délinquance routière. Pour rappel, ces radars mobiles de nouvelle génération, presque invisibles, sont capables d'analyser la vitesse de trois manières : lors d'un dépassement, à l'arrêt et en croisant.

Un modus operandi jugé plus efficace et complémentaire des autres outils de contrôle par la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR), qui souligne par ailleurs que l'idée n'est ni de piéger ni de surprendre. Reste que depuis le lancement de cet outil il y a un peu plus d'un an, pas moins de 270 000 amendes ont été adressées suite à un excès de vitesse – c'est 2 % des 18,9 millions de flashs réalisés courant 2013. Prochaine étape : atteindre les 300 voitures équipées d'ici 2015.

Sources : leparisien, ouestfrance, lci