Sédentarité : quid des professions les plus inactives ?

Article mis à jour le 

Quid de la sédentarité pour telle ou telle profession ? - iStockPhoto
Quid de la sédentarité pour telle ou telle profession ? - iStockPhoto

Quelle est la profession où l’on reste le plus fixe, et quelles sont les personnes les plus concernées par la sédentarité eu travail ? Alors que les médecins et spécialistes de la santé ne cessent de rappeler le danger de l’immobilité au quotidien, une étude menée par l’Institut Withings Health pour Le Parisien fait le point sur les risques encourus par tel ou tel métier.

Au fond, les personnes qui travaillent ne seraient-elles pas plus sédentaires encore que celles "inactives" ? Une étude menée auprès de 3 500 employés et fonctionnaires par l’Institut Withings Health pour Le Parisien pose la question. Nommée "Bien être en entreprise", cette dernière souligne en effet que le fait de travailler augmenterait en réalité l’inactivité.

La conclusion de l’enquête montre ainsi que 2/3 des personnes interrogées admettent rester assis à leur bureau. Une fâcheuse habitude qui s’explique entre autres par les pratiques intériorisées dans le cadre de leur emploi. Néanmoins, quelques habitudes pourraient être améliorées : 40 % des personnes interrogées affirment en effet manger à leur poste de travail – ce qui est moindre qu’aux États-Unis -, alors que 20 % ne prennent pas leur déjeuner.

À lire aussi : Rester assis, c'est mourir à petit feu


Les métiers les plus touchés par la sédentarité

À rebours de ce que l’on pourrait s’imaginer, les plus sédentaires ne sont pas les employés de bureau. Certes, 23 % parmi eux sont inactifs, mais les profils les plus catastrophiques sont les juristes, les chauffeurs de camion ou encore les taxis. Parmi eux, 28 % effectuent moins de 4 000 pas par jour alors que le minimum se situe à 7 000 et l’idéal à 10 000. À noter que les patrons ne sont pas les plus actifs puisqu’ils sont 18 % à se situer sous les 4 000 pas par jour. Même chose pour les ingénieurs et les enseignants.

Sans surprise, les moins concernés par le phénomène sont ceux marchant beaucoup dans le cadre de leur profession : il s’agit des professionnels du bâtiment, des opérateurs d’usine ou encore des cuisiniers – les mieux lotis en la matière. Rappelons que le principal facteur aggravant en matière d’inactivité est la façon dont on se rend au travail : le mieux est à ce titre d’éviter si possible de prendre la voiture.


Sources : sciencesetavenir, pourquoidocteur