Et si vous contrôliez votre faim grâce à votre smartphone ?

Article mis à jour le 

La pilule de Melcap System promet un régime d'un nouveau genre... - iStockPhoto
La pilule de Melcap System promet un régime d'un nouveau genre... - iStockPhoto

Une société israélienne a mis au point une gélule intelligente à même de couper la faim, le tout via un smartphone. Faut-il pour autant s’attendre à une véritable révolution pour les personnes désireuses de mincir ?

Melcap System a dernièrement développé une pilule coupe-faim dont la particularité est d’être connectée à une application pour smartphone compatible iOS et Android. La capsule en question n’est non pas un médicament mais un dispositif électronique doté de capteurs. Lorsqu’elle se trouve dans l’estomac, celle-ci capte les fluides. Il est alors possible de l’activer via l’application smartphone afin de stimuler les muscles et les nerfs de l’estomac. Ce qui permettrait de transmettre une impression de satiété au cerveau.

De fait, la pilule serait capable de tromper le cerveau en lui faisant croire que l’estomac est déjà plein. Ce qui favoriserait la lutte contre les petites fringales et stopperait la faim, lorsque l’on considère avoir mangé suffisamment. Résultat : un régime en douceur, donc.


Un appareil qui fonctionne pendant 3 semaines

Compte tenu du caractère corrosif de l’estomac, la capsule se désagrège toutefois au bout de trois semaines. Le processus ne ferait alors courir aucun risque particulier et permettrait son élimination comme n’importe quel aliment. Évidemment, celle-ci est biodégradable. Mais il serait nécessaire au final d’en avaler une nouvelle à chaque fois afin de poursuivre ce régime d’un nouveau genre.

Selon Melcap System, cette gélule intelligente serait un bon moyen de combattre le surpoids, qui toucherait aujourd’hui 1,4 milliard de personnes dans le monde. Un système qui serait par ailleurs moins coûteux que le recours à la chirurgie. Il n’empêche : certains diront que pareille solution nous rapproche d’une sorte de transhumanisme. Ou quand la technologie prend le relai sur l'organisme.


Sources : sciencesetavenir, generation-nt