Et si la couleur de vos yeux déterminait votre consommation d’alcool ?

Article mis à jour le 

Don Draper dans Mad Men, archétype du type aux yeux bleus accro à la bouteille - copyright AMC
Don Draper dans Mad Men, archétype du type aux yeux bleus accro à la bouteille - copyright AMC

Des généticiens de l’Université du Vermont estiment, dans une étude, que la couleur des yeux aurait un lien avec la dépendance à l’alcool. C’est ainsi qu’ils considèrent que les personnes aux yeux bleus en consomment davantage. Explications.

Faut-il vraiment considérer les yeux comme le miroir de l’âme ? En tout cas, une équipe de scientifiques les perçoit comme le miroir des gènes. Pour en arriver à cette conclusion, ces derniers ont passé au crible le profil génétique de 1 263 personnes issues d’une base de données regroupant des personnes dites alcooliques. C’est à partir de là que ces généticiens américains ont ensuite pu établir une corrélation entre la couleur des yeux et la dépendance à l’alcool.

Or, à en croire leurs résultats, les personnes d’origine européenne dotées d’yeux clairs, bleus, verts ou gris, seraient plus sensibles à la dépendance à l’alcool que les autres. Quant à savoir pourquoi, les chercheurs ne sont pour l’heure pas en mesure de le dire. Une affirmation étonnante qui n’est pas sans rappeler une étude insolite considérant que les gens intelligents consomment plus d’alcool que les autres.

 

Des résultats qui s’expliquent notamment par les gènes

Il faut savoir que la couleur de l’iris dépend d’une variété considérable de gènes. C’est ainsi qu’entre une personne disposant d’yeux bleus et une autre d’yeux foncés, une combinaison d’au moins treize gènes distincts détermine cette différence. Or, ces gènes ont une importance spécifique s’agissant d’autres fonctions du corps, déterminant notamment certains aspects de santé.

Rappelons qu’en 2008, des scientifiques avaient mis au jour une étude soulignant que les personnes aux yeux bleus disposaient d’un ancêtre commun. À l’origine, cette personne aurait fait l’objet d’une mutation génétique et aurait été la toute première personne à voir le jour avec une telle couleur d’yeux, il y a des milliers d’années. Spécificité qui aurait ensuite été partagée avec l’ensemble de ses descendants.

Ce n’est pas la première fois qu’une différence de taille est évoquée, du côté des personnes aux yeux bleus. D’autres études avaient ainsi par le passé considéré ces dernières comme plus compétitives, moins anxieuses, plus empathiques, plus souvent diabétiques et plus adroites au golf. Un palmarès auquel l’on pourrait, cette fois, ajouter une certaine appétence pour la bouteille…

 

Sources : sciencedaily, huffpost