Et si on se déconnectait ?

Article mis à jour le 

Seriez-vous prêt à vous éloigner de votre écran et d’internet plus de trois jours ? Le "digital detox" ou la cure de déconnexion attire beaucoup selon une étude de Dagobert. Fatigués des mails sans réponse, des réseaux sociaux et de sa double vie virtuelle à gérer, beaucoup aimeraient arriver à utiliser internet de façon plus utile.

L’agence de communication digitale Dagobert a fourni une étude sur la tendance à la déconnexion. En France nous serions donc 60 % à nous connecter activement sur internet. Pourtant une tendance commence à voir le jour, fatigués de leur vie virtuelle et du temps perdu inutilement sur la toile, beaucoup de personnes se déconnecteraient volontairement.

La peur de manquer quelque chose

A force d’actualiser pour assister à chaque nouvelle notification ou au moindre tweet qui apparait sur son fil d’actualité, un grand nombre d’internautes restent connectés voire scotchés à leurs écrans.

On appelle cela le F.O.M.O (Fear of missing out) ou la peur de manquer quelque chose. C’est ce syndrome qui empêche 41 % des interrogés à décrocher d’internet pendant trois jours. Il devient bien trop difficile pour eux de passer à côté d’une information.

Pourtant 62 % des interrogés souhaitent se déconnecter, lassés de vivre leur vie par procuration, ils souhaiteraient plutôt reprendre le contrôle de la leur.

Et on ne manque pas d’idée pour s’offrir une digital detox. Selon l’étude, le marketing s’est saisi de cette tendance et les marques se lancent dans la course aux initiatives. Par exemple Burger King offre un whooper (leur célèbre burger) tous les dix contacts Facebook supprimés ou encore la barre chocolatée Kit Kat propose d’offrir des coins breaks sans utilisation de borne wifi.

Vous pouvez également opter pour un camp de vacances déconnecté si vous êtes courageux, ou envisager de prendre un hôtel avec une option "digital detox"qui pourrait bien être tendance cet été.

Mais attention, il ne s’agit pas d’une déconnexion totale, ces initiatives visent seulement à utiliser internet de façon plus responsable et avec modération. Cette déconnexion serait donc curative. En effet, le crédo des digital detox serait  le J.O.M.O (Joy of missing out) c'est-à-dire de n’utiliser internet uniquement pour le plaisir et l’utilité.

Du négativisme sur sa boite mail

Internet serait donc une source de négativisme, de la boite mail en passant par les messages instantanés, notre vie virtuelle serait source d’anxiété.

Une étude de Contactually une société de marketing, dévoile que les utilisateurs qui répondent positivement aux mails seraient ceux qui y répondent le moins. Les réponses positives contiendraient donc moins de caractères. On explique difficilement cette tendance, peut être que les gens deviennent irascibles à force de répondre aux nombreux mails, où encore que les personnes négatives sont plus actives sur internet.

La non réponse aux mails : source de stress

En parlant de mail, le New York Times rapporte que l’absence de réponse à un mail serait source de stress. Cela concerne tout autant les sms, les mails ou encore les messages via les réseaux sociaux. L’auteur du message sans réponse se demande donc si son message aurait blessé son interlocuteur, il se questionne et s’inquiète face à ce silence. Le journaliste a donc questionné son entourage, il en conclu que ce n’est pas par mauvaise intention que les gens ne répondent pas.

Au final ce silence est causé par oubli, la personne voit l’email, le lit, se dit qu’elle y répondra plus tard puis omet de le faire. Une autre cause serait que la personne ne voit pas le message sous l’affluence d’emails.

Autre raison que le journaliste indique, les personnes ont peur de s’engager ou encore d’offenser la personne d’une réponse négative. Elles choisissent donc de ne pas répondre, "un peu comme si quelqu’un sonnait à votre porte et que nous feignons de ne pas entendre" donne comme exemple le journaliste.

Et en effet, le souci viendrait du fait que le support digital n’aurait pas de normes, à l’inverse d’une discussion en face à face ou un appel téléphonique où la réponse est claire.

Sources : Slate.fr ; Lemonde et Frenchweb