Et si on se rendait au boulot en jetpack, en 2015 ?

Article mis à jour le 

Le jetpack n'est-il qu'un rêve d'enfant à ranger au grenier entre le T-Rex et la baguette magique ? Pas si sûr : ce réacteur dorsal permettant à son utilisateur de se propulser à travers les airs devrait être proposé à la vente au grand public à partir de 2015, d'après National Public Radio. De quoi se prendre pour James Bond, à partir de 150 000 dollars toutefois.

Dans l'imaginaire collectif, le jetpack est un gadget particulièrement difficile à dissocier des exploits du célèbre agent double James Bond (et plus tard de Boba Fett). Dans l'introduction du film Opération Tonnerre (Terence Young, 1965), c'est grâce à cet appareil culte que 007 parvient à s'échapper et ainsi retrouver son Aston Martin DB5. Rappelons que la machine en question, construite par Bell et capable de maintenir un homme dans les airs pendant une vingtaine de secondes, avait été prêtée par l'US Air Force. Or, en l'espace de près de 50 ans, cette prouesse n'a eu de cesse d'inspirer ingénieurs et amateurs, donnant lieu à des projets parfois ambitieux, parfois moins...

Un rêve qui pourrait devenir réalité

En 2009, la société française Pearl Watersports, en association avec Ms Watersports et Jetlev In., a conçu une version nautique du jetpack pour le moins impressionnante, mais néanmoins coûteuse (prix de départ : 50 000 dollars). Mais quoiqu'il en soit, personne n'est jusqu'à présent allé aussi loin que le néo-zélandais Glenn Martin, comme le met en évidence le site NPR. L'entreprise de celui-ci, Martin Aircraft, envisage en effet de commercialiser un véritable jetpack d'ici deux ans.

Et dans ce projet, contrairement aux habitudes, aucune trace de réacteurs crachant des flammes. De même, les kalachnikovs ne sont pas obligatoires – le site What if était dernièrement parvenu à démontrer qu'un radeau artisanal propulsé par 500 kalachnikovs comprenant 250 cartouches chacune pouvait accélérer jusqu'à une vitesse de 100 mètres par seconde (soit 360 km/h) et ainsi atteindre une hauteur de 500 mètres – ce genre d'expérience n'est pas conseillée.

Non, le jetpack  de Glenn Martin est bien différent de ce que l'on connaît : nettement plus imposant que l'espèce de sac à dos porté par James Bond, cette nouvelle machine est propulsée par deux énormes réacteurs à air. À noter que le modèle le plus puissant fera l'objet d'une vente, surtout réservée aux militaires et aux autorités, fin 2014. Mais vers 2015, la société Martin Aircraft espère également être en mesure de commercialiser un modèle moins élaboré à destination du grand public, pour un prix avoisinant les 150 000 dollars, d'après NPR.

Un projet qui date de 1984

Pour arriver à un tel résultat – le jetpack made in Martin Aircraft est aujourd'hui capable de parcourir 1,6 km de haut –, l'inventeur Glenn Martin a commencé à bricoler dans son garage à partir de 1984. Puis en l'espace de 20 ans, il est parvenu à s'entourer d'une équipe d'ingénieurs ayant mis au point avec lui pas moins d'une dizaine de prototypes de l'engin volant.

D'après l'AFP, la Nouvelle Zélande a délivré le 13 août dernier un permis permettant de réaliser des tests humains de l'appareil, à condition de respecter la limite de 6 mètres de hauteur. Jusqu'à présent, seuls des mannequins ont en effet été utilisés lors des tests.

Sources : NPR, What if, Slate, AFP