Et si nous traitions les maux de dos avec des antibiotiques ?

Article mis à jour le 

Peut-être nous pourrons bientôt dire adieu à ce mal qui frappe 80 % de la population française. D’après une récente étude, un germe localisé dans la colonne vertébrale serait à l’origine de certains maux de dos. Un traitement antibiotique aurait ainsi pu diminuer et amoindrir les douleurs causées…

L’étude menée par des chercheurs danois et britanniques dévoile qu’un germe serait à l’origine des souffrances du dos d’un bon nombre de personnes.

Un germe remis en cause

La bactérie a été décelée tout particulièrement dans la colonne vertébrale des patients souffrants de lombalgies chroniques avec hernie discale. Le germe en question, le Proponibacterium acnes (P.acnes), est une bactérie courante sur la peau humaine à l’origine de 40 % de ces maux de dos.

Pour arriver à ces résultats les chercheurs ont d’abord réalisé des IRM sur 61 patients souffrants d’une hernie discale. Même si les caractéristiques des IRM ne sont toujours pas synonymes de douleurs, celles-ci dévoilaient une anomalie de type Modic 1 c’est-à-dire un aspect IRM associé aux lombalgies communes.

Une diminution importante de la douleur

Les patients allaient tous effectuer une opération chirurgicale ce qui a permis aux chercheurs d’effectuer des biopsies vertébrales. Ils ont été séparés en deux groupes : l’un a pris un placebo pendant 100 jours, le second un traitement antibiotique contre le P.acnes qui assimile de l’amoxicilline et de l’acide clavulanique.

A la fin des cents jours, les patients qui avaient pris le dernier traitement ont vu leurs douleurs lombaires diminuer de façon considérable. Dans un premier temps les maux duraient moins longtemps, ils sont passés de 448 à 180 heures. Enfin, les patients ont  également vu leur douleur diminuer, elle était évaluée à 6,7/10 avant l’expérience contre 5/10 au bilan.

De plus, le bénéfice perdurerait dans le temps, puisqu’un an plus tard les patients n’étaient plus que 19 % à se plaindre de maux de dos contre 75 % au départ. Cette évolution s’explique par le temps de guérison d’une structure osseuse après l’action des antibiotiques sur un germe comme le déclare le docteur Manniche qui a mené l’expérience.

Vers un traitement antibiotique dans le futur ?

Pas la peine de se réjouir trop vite, d’autres études dans le passé avait déjà fait le rapprochement entre une bactérie et les maux de dos. Cette découverte est un pas de plus vers l’espoir d’un traitement antibiotique à approfondir par de prochaines études.

Sources : Le Figaro ; Le Point