Sida : un deuxième nouveau né guéri par des antirétroviraux

Article mis à jour le 

Des médecins de l’université de Californie auraient guéri une petite fille infectée par le virus du Sida grâce à des antirétroviraux.

Ce mercredi 5 mars, des médecins de l’Université de Californie ont annoncé avoir guéri une petite fille du virus du sida. L’enfant, née d’une mère séropositive, s’est vu administrer des antirétroviraux quatre heures après sa naissance. Un traitement que les médecins ont poursuivi pendant 11 mois. Période à l'issue de laquelle plus aucune trace de l’infection n'aurait subsisté dans l’organisme de la petite fille.

Une rémission plus qu’une guérison

Les médecins n'ont toutefois pas la certitude que l’enfant soit guérie. Certes, la charge virale est devenue indétectable, mais pour le Dr Yvonne Bryson, qui a participé aux soins de l’enfant, il est maintenant nécessaire de stopper le traitement rétroviral pour s’assurer de la guérison de l’enfant.

Cette petite fille est le deuxième enfant à bénéficier d’un traitement antirétroviral expérimental. Le premier cas d’enfant séropositif apparemment guéri avait été annoncé en mars 2013. La petite fille avait reçu des antirétroviraux moins de 30 heures après sa naissance, puis avait par la suite été traitée pendant 18 mois. Résultat, après 10 mois sans traitement, le virus était resté indétectable par les tests sanguins.

Les antirétroviraux font avancer la recherche anti-sida

Les antirétroviraux, qui empêchent la propagation des rétrovirus comme le sida, font de plus en plus leurs preuves dans la lutte contre le sida. Deux études américaines, dévoilées à la Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections 2014 mardi, montrent que des injections mensuelles d’antirétroviraux ont totalement protégé des singes de l’infection.

D’autres études, menées ces dernières années, ont mis en évidence qu’une prise quotidienne de petites doses d’antirétroviraux réduirait le risque d’être infecté par un partenaire sexuel séropositif à moins de 10%.

Sources : 20 Minutes, Le Point