Sida : l’espoir renaît grâce à un gel préventif

Article mis à jour le 

Rien n’est encore sûr pour l’instant mais les premières expériences ont été positives. Des chercheurs français auraient trouvé un moyen d'empêcher la propagation du sida (VIH). C’est une première dans la lutte menée contre ce fléau.

Un gel révolutionnaire ? Des scientifiques de l’Université Paris-Sud, du CNRS et du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ont découvert cette formule qui, par son principe d’action, induit le virus en erreur et stoppe son développement. Une fois découvert, ce gel se devait d’être expérimenté. Il a été testé sur un panel de six femelles macaques, juste avant de les exposer à une forte dose du VIH. Après avoir attendu un certain temps, les scientifiques ont cherchés des traces du virus. Cinq des six macaques ont passé les tests haut la main, sans être malades ni infectées. Un résultat qui reste néanmoins très prometteur pour la suite.

Fonctionnement du gel

Ce gel peut s’apparenter, par analogie, à un piège à rat. Il s’agit effectivement d’un leurre sous forme de mini-protéines (les peptides), qui ressemblent aux lymphocytes T (cellules du système immunitaire) auxquelles le virus du sida s’accroche. . Grâce à cet amalgame, le gel correctement appliqué va "détourner et garder emprisonné" le virus, le bloquant avant qu’il n’entre dans l’organisme. Pari réussi ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Ce produit est loin d’être commercialisable à ce stade des recherches. Les chercheurs travaillent actuellement sur plusieurs supports de diffusion : suppositoire, crème, anneau vaginal mensuel. Il faudra probablement attendre plusieurs années et la réussite des tests sur les humains pour espérer voir cette solution sur le marché. Pour rappel, l’OMS indique que le VIH est responsable de la mort d’environ deux millions de personnes chaque année dans le monde.