Site de rencontres : fini les aventures, place à la famille ?

Article mis à jour le 

Parmi les multiples sites de rencontres existants, il y en a pour tous les goûts. Qu'ils soient consacrés aux geeks, aux passionnés, à un sexe en particulier ou à un physique déterminé, tous se rejoindraient sur un point : il s'agirait de se contacter pour une histoire souvent sans lendemain. Un Français vient de bousculer ce stéréotype avec un site de rencontres dédié aux célibataires souhaitant bâtir une famille.

Une étude récente avait mis en lumière que les rencontres sur internet étaient les plus sérieuses, malgré le cliché suggérant l'inverse. Aussi, les couples rencontrés en ligne étaient, en moyenne, plus stables que les autres. Au fil des années, Internet s'est plus que démocratisé puisqu'il fait désormais partie intégrante du quotidien.

Vouloir une famille, une honte ?

Un site de rencontres spécialisé pour les célibataires voulant fonder une famille vient d'être lancé au Danemark. Le créateur du site, un Français, s'est aperçu que l'évocation d'une famille, ou le souhait d'en fonder une, générait une gêne chez les autres inscrits. Aussi, les personnes annonçant de but en blanc leur aspiration d'avoir des enfants étaient bien moins contactées que les autres. Inversement, celles qui voulaient faire une rencontre sérieuse dans un but familial et qui préféraient le masquer, ne trouvaient que peu d'internautes ayant ce même désir de famille, concluant alors qu'elles ne trouveraient définitivement pas leur moitié.

Ces internautes sont donc dans un dilemme : annoncer vouloir être parent et se faire éviter, ou le cacher et attirer les mauvaises personnes ? Une femme en est même venue à s'excuser d'avoir précisé sur sa fiche descriptive qu'elle désirait des enfants, comme s'il s'agissait d'un crime honteux qui allait dégrader toute une communauté. Emmanuel Limal s'est donc lancé dans son projet : Babyklar.nu, - signifiant "prêtpourbébé.maintenant" d'après l'AFP -, un service de rencontres qui rassemblerait tous les célibataires désireux de fonder une famille. Les sites de rencontres souffrent pourtant d'une image négative : passer par une machine pour contacter d'autres humains dérange encore.

L'amour en ligne, l'amour vrai

Or, les mentalités ont changé durant ces dix dernières années : 67 % des Français refusaient catégoriquement l'inscription sur ce type de site en 2004, contre 30 % en 2012 ! Quant à ceux qui sont prêts à s'inscrire, ils sont passés de 14 % en 2004 contre 40 % en 2012. Les Français retardent de plus en plus l'heure fatidique de l'engagement marital pour privilégier des moments sans suite et davantage de partenaires. C'est pourquoi, à leurs débuts, les sites de rencontres ont revêtu une réputation d'amour sauce "société de consommation" sans état d'âme, sorte de veni, vidi, vici du couple. Après tout, plus d'un inscrit sur deux (62 %) cherchait une aventure sans lendemain à travers ces sites, en 2004.

Puis les sites de rencontres se sont ouverts à ceux qui n'osent simplement pas aborder une personne inconnue, ceux qui veulent découvrir d'autres centres d'intérêt, tous ceux finalement qui pourraient trouver en ligne ce qu'ils cherchent dans la vie, si bien qu'en 2012, près de 8 inscrits sur 10 (78 %) cherchaient une aventure sérieuse. Les internautes se sont alors davantage focalisés sur des histoires plus importantes, sélectionnant leur futur partenaire non plus pour son physique uniquement, intégrant ses qualités personnelles, intellectuelles, sentimentales.

Il est amusant de noter deux tendances paradoxales : ce site se spécialise dans la vie de famille tandis que d'autres sites proposent des rencontres extraconjugales. Ces tendances, autant à la mode, sont pourtant presque opposées. Alors qu'ils démarraient sous forme d'interface simplifiant le face à face réel, les sites de rencontres sont devenus de véritables passerelles vers "la bonne personne".

Source : AFP avec France TV ; IFOP ; Babyklar.nu