Smartphones : pourquoi sont-ils plus chers en France qu'aux USA ?

Article mis à jour le 

Le HTC One 9 est nettement plus cher en France qu'outre-Atlantique... - copyright HTC
Le HTC One 9 est nettement plus cher en France qu'outre-Atlantique... - copyright HTC

Les tarifs des derniers smartphones sont nettement plus élevés en France qu’aux États-Unis. Un phénomène qui s’explique par la répercussion du taux de change, alors que la monnaie européenne a perdu 20 % de sa valeur en 18 mois par rapport au dollar.

Si les Nexus 5X et 6P valent respectivement 379 et 499 dollars outre-Atlantique, il faut compter 479 et 649 euros en Europe. Une différence de prix comparable pour le HTC One A9, proposé à 399 dollars aux États-Unis et 599 euros en France. Tandis que l’iPhons 6S vaut 40 euros de plus que son prédécesseur en France. Un phénomène pour le moins déplaisant pour les consommateurs. À en croire les spécialistes, ce cas de figure serait avant tout relatif aux marges.

Néanmoins, pour comprendre les différences de prix d’un bout à l’autre de l’Atlantique, quelques détails doivent être pris en compte. D’abord, les tarifs états-uniens sont à chaque fois indiqués hors taxes : ces dernières vont de 0 % dans l’Oregon à 7,5 % en Californie. Sauf qu’en France, la TVA s’élève à 20 % et qu’une rémunération pour copie privée d’une dizaine d’euros vient s’ajouter par exemple sur un appareil de 16 Go. Résultat, dans le cas d’un Nexus 6P, le prix indiqué HT de 499 dollars aux États-Unis correspondrait en toute logique à 540 euros TTC en France. Problème : il faut en réalité compter actuellement 649 euros à cause du taux de change.

 

Un phénomène toutefois inaccoutumé

D’autres économistes, bien que confirmant la conséquence de la variation du taux de change, sont sceptiques. Selon eux, il n’est pas habituel que les entreprises profitent de la remontée du dollar pour augmenter leurs tarifs. De nombreuses sociétés choisissent en effet le plus souvent d’absorber les variations de change dans leurs marges.

Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales, interrogé par 20minutes, émet aussi une autre hypothèse. Pour expliquer la hausse de prix plus limitée chez Apple que chez Android, ils soulignent que l’iPhone ne pèse que 15 % des ventes en France contre 45 % aux États-Unis. Or, les fabricants Android doivent donc davantage batailler outre-Atlantique pour faire face à la concurrence, d’où des prix plus bas.

Il n’empêche que cette situation pourrait bénéficier aux constructeurs français tels qu’Archos, Alcate, ou encore Wiko.

 

Sources : 20minutes, francetvinfo