Smic : une revalorisation et une réforme

Article mis à jour le 

Le salaire minimum légal va augmenter au 1er janvier 2013 de 0,3%, ce qui représente une hausse de 3 centimes d’euros de l’heure, soit 5 euros par mois pour un salarié au 35 h. Le salaire mensuel minimum s'élèvera donc à 1 430,22 euros brut. Cette hausse est calculée en fonction de l’évolution des prix pour un foyer urbain et de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire ouvrier de base. Elle est automatique chaque année, sauf quand l’inflation atteint 2%, auquel cas elle intervient immédiatement.

La proposition de François Hollande de revaloriser le Smic en fonction de la croissance a été abandonnée au profit d’une simplification de la règle de calcul. La nouvelle règle prend pour référence l’indice d’inflation mesurée pour les ménages des premier et deuxième déciles (les 20% de revenu le plus bas par foyer). En effet, les ménages les plus modestes sont plus affectés, en proportion de leur budget, par l’inflation des dépenses contraintes et des dépenses de boissons alcoolisée et de tabac que les ménages aisés, et ces dépenses ont fortement augmenté ces dernières années.

Par ailleurs, le salaire de référence retenu pour le calcul du Smic est celui des ouvriers et employés et non plus celui de l’ouvrier seul. Le salaire des salariés est légèrement supérieur à celui des ouvriers non qualifiés, mais largement inférieur à celui des ouvriers qualifiés : ce changement d’assiette n’aura pas de conséquence immédiate. En revanche, le changement d’indice de référence pour l’inflation aura comme effet une revalorisation du Smic plus étroitement liée au prix des produits de première nécessité, donc plus importante. En cas de flambée des prix des denrées alimentaires, par exemple, les 2% d’inflation pourraient être plus rapidement atteints.

Rappelons que 2,6 millions de Français sont payés au Smic.