Le soda serait relié à près de 200 000 décès

Article mis à jour le 

Avis aux amateurs de sodas, jus de fruits et autres boissons sucrées multicolores et fluorescentes : une étude américaine établit un rapport étroit entre leur consommation et le décès de 180 000 personnes par an, soit une moyenne de 493 âmes par jour. Les risques de développer des maladies cardiovasculaires, le diabète ou même le cancer, de favoriser l'obésité ou la perte des dents avaient été reliés à la consommation de boissons sucrées, sans avoir de chiffres. Consommation "excessive", précise-t-on souvent. Mais finalement, à partir de quand boit-on "trop" de soda ?

La consommation annuelle moyenne de sodas n'a fait que diminuer ces 5 dernières années en France : en 2008, elle s'élevait à 60,8 litres par personne (Canadean 2008), ramenés à 56 litres en 2010 (LSA-Conso 2010, relaie Le Parisien) pour chuter à 42,5 en 2012 (ministère de l'agroalimentaire). Cela fait des Français les plus petits consommateurs de sodas de l'union européenne, les Belges en consommant en 2008 plus de 120, et nos amis allemands plus de 130 ! Soit plus du double de la consommation française à la même période.

Soda et métabolisme : 2 mots contradictoires

C'est la première fois qu'une estimation du nombre de décès est effectuée. Les résultats publiés en  et les résultats confirment que le "peps" de la boisson énergisante est de très courte durée. En février dernier était parue, dans l'American Journal of Clinical Nutrition, une étude prouvant que la consommation régulière de boissons "light" est pire pour la santé que la consommation ponctuelle de boissons plus sucrées. La régularité dérègle le métabolisme, notamment les récepteurs d'insuline, favorisant un diabète. "Favorisant" est peut-être un terme un peu léger, les consommateurs réguliers ayant plus de 130 % de risques supplémentaires de contracter un diabète de type 2, entre autres pathologies. Ce fléau touchant le monde, l'American Heart Association (AHA) se mobilise pour donner des conseils alimentaires. Parmi eux, la limitation de calories à 100 pour les femmes et 150 pour les hommes sachant que 33 cl de soda gazeux en contiendraient 140…

une canette de coca

L'équivalent de la population de Reims

Les chiffres dévoilés étaient insoupçonnables : 180 000 décès en 2010. C'est plus que la population de Dijon ou Angoulême, ou encore Dunkerque et Poitiers réunis ! C'est l'équivalent de la population de Reims, qui meurt chaque année. Pour parvenir à ces conclusions, environ 60 % du territoire mondial a été couvert par diverses études alimentaires : le nombre de litres achetés par jour, comparé au nombre d'habitants du pays, des sondages quotidiens sur la consommation alimentaire et des suivis médicaux de plusieurs dizaines de milliers de personnes durant plus de 10 ans. Le Mexique se retrouve en tête des pays les plus touchés par le killing-soda, les États-Unis sont à la 3e position. Sur les 180 000 décès évoqués, 25 000 concernent la population américaine soit 14 % du chiffre total  (1 personne sur 7). Parmi eux, 1 mort sur 10 est causée par l'obésité. L'Amérique Latine compte 38 000 décès, la plupart liés au diabète. En Orient et en Asie, les accidents cardio-vasculaires sont les facteurs principaux, avec 11 000 malchanceuxUn tableau est disponible en ligne afin de mieux savoir choisir l'alimentation en fonction du nombre de calories. Ou du moins, savoir ce que vous mangez…

Effet mentos-coca peu rassurant

Sources : healthday.com ; American Heart Association ; CNN