Soldes : trop peu de produits réellement soldés et des "pratiques artificieuses"

Article mis à jour le 

Selon une étude réalisée par l'UFC-Que Choisir, la part de produits bénéficiant d'une véritable remise pour les soldes serait bien trop réduite. Pour cette raison, l'association de consommateurs dénonce les "pratiques artificieuses" mises en œuvre par un certain nombre de professionnels au cours de cette période.

Pour en arriver à ce constat, l'UFC-Que Choisir a passé au crible les pratiques de 12 sites marchands et relevé les variations de prix de 2 900 produits d'équipement de la maison (en particulier du matériel informatique et de l'électroménager). Parmi ces derniers, seuls 120 produits ont bien été soldés. L'enquête de l'association de consommateurs met ainsi en évidence que les sites marchands présentent des rabais mirobolants de 85 % ou 90 %, mais ces derniers concernent en grande partie les produits les moins coûteux.

Ainsi, la moyenne réelle de réductions appliquées par les sites analysés était de 15 % pour la première démarque et de 19 % lors de la seconde. Un pourcentage largement en deçà des chiffres vantés sur les pages d'accueil. D'autre part, bien que les sites indiquent suivre scrupuleusement la loi selon laquelle les marchandises doivent être proposées à la vente un mois avant l'ouverture des soldes, 13 % des produits seraient en réalité ajoutés au site le jour du début de la période réglementaire. Ces derniers faisaient-ils partie du stock habituel de l'enseigne ? Rien n'est moins sûr.

Des produits augmentés un mois avant le début des soldes

Enfin, certains sites de e-commerce augmentent quant à eux les prix de quelques-uns de leurs produits un mois avant l'ouverture des soldes de façon à afficher de faux rabais. Résultat : les rabais présentés seraient en moyenne deux fois et demie plus élevés que la réalité. De même, certains de ces produits (8 % de l'ensemble) avaient été proposés à la vente à un tarif moins élevé (que le prix soldé) avant la période des fêtes. Pour l'UFC-Que Choisir, ce phénomène ne cesse de prendre un peu plus d'ampleur chaque année. Raison pour laquelle l'association de consommateurs invite la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) à ordonner une enquête sur la face cachée des soldes en ligne.

Sources : UFC-Que Choisir, LeMonde