Sony lève (en partie) le voile sur la PS4

Article mis à jour le 

Comme prévu, Sony a présenté mercredi soir à New York sa nouvelle console la PlayStation 4, dont la sortie a été annoncée pour les fêtes de fin d'année, soit entre la fin novembre et la mi-décembre. Mais contre toute attente, la star de la soirée a surtout brillé par son absence.

Si Sony vient assurément de prendre de l'avance sur son concurrent Microsoft dans la bataille des consoles next gen, le constructeur nippon a néanmoins opté pour une stratégie étonnante, en ne dévoilant que la manette de la PlayStation 4. En conséquence, son design, mais également son prix sont restés secret. Une chose est sûre, selon les experts : Sony compte faire durer le suspense jusqu'au mondial du jeu vidéo (E3) de Los Angeles en juin prochain.

Une console dotée d'un hardware d'ordinateur

Contrairement à ses habitudes, Sony a choisi pour cette fois d'abandonner les puces graphiques exclusives qui équipaient auparavant ses consoles pour un duo processeur-carte graphique AMD 8 cœurs tout droit sorti de l'univers du PC. À cela s'ajoute, dans la même veine, 8 Go de RAM (contre 512 mo pour la PS3). Pour les spécialistes, cette nouvelle architecture devrait faciliter considérablement le travail des développeurs de jeux vidéo, notamment en ce qui concerne l'optimisation. Pour rappel, la PlayStation 3, pourtant plus performante que la Xbox 360 sur le papier, était rarement parvenue à un rendu graphique supérieur par rapport à sa concurrente.

De nombreuses démos techniques dévoilées

S'agissant des démos techniques présentées lors de la conférence, difficile, selon les premiers avis, de se faire une idée précise de leur qualité graphique. Bien que les effets de fumée et de lumières soient à couper le souffle et les démos en "temps réel" prometteuses, les constructeurs ont malheureusement souvent tendance à fausser un peu le rendu. C'était notamment le cas lors de la démo technique de la PlayStation 3 en 2005. Résultat : difficile pour l'heure d'avoir un avis définitif.

Si la console en elle-même n'a pas été aperçue, Sony a présenté la nouvelle manette Dual Shock, qui intègre un touchpad (zone tactile) en son centre. Par ailleurs, une nouvelle caméra embarquant deux lentilles et une série de micros a été exposée. À la question de savoir si cette dernière sera ou pas capable de détecter la position des joueurs à l'instar du Kinect, Sony ne dit mot.

Quand Sony mise sur le cloud gaming

À l'image de nombreux constructeurs, Sony parie sur le cloud gaming, qui offre la possibilité aux joueurs d'accéder à des jeux lancés depuis des serveurs distants, pour sa nouvelle génération de consoles. Ainsi, après avoir présenté un jeu sur écran de télévision, le constructeur japonais a basculé sur PS Vita, avec un jeu PS4. Mais à l'inverse de la Wii, qui propose déjà cette fonctionnalité, l'utilisateur ne sera pas contraint de rester à proximité de la console pour accéder au cloud-gaming. L'opération pourra en effet s'effectuer en passant par n'importe quel navigateur, en Wifi, en 3G ou encore en 4G.

Les anciens jeux PS3 pourront-ils être "streamer" sur PS4, sur laquelle ils ne sont pas compatibles ? Tous les titres de la PS4 seront-ils exécutables via le cloud gaming ? Aucun détail n'a encore été donné à ce sujet, même si les possibilités devraient au départ rester limitées. Ce qui est sûr, c'est que les démos jouables pourront désormais être lancées instantanément sans passer par le téléchargement.

Une interface axée sur le social et le partage

À l'instar de la plupart des nouveaux appareils high-tech, l'intégration aux réseaux sociaux de la PlayStation 4 sera plus aboutie que par le passé. Sur la manette Dual Shock, un bouton "Share" permettra notamment de partager directement avec ses amis des vidéos de jeu. En outre, l'ami connecté, qui pourra, depuis son poste de télévision, assister en temps que spectateur à une partie sera également en mesure de prendre le contrôle de la partie pour aider son correspondant. Les deux amis connectés devront pour cela cependant chacun posséder une PlayStation 4. Enfin, s'agissant du jeu en réseau, Sony devrait proposer, à l'image de Microsoft, une offre premium payante.

Et les jeux dans tout ça ?

Sept jeux ont notamment été présentés lors de la conférence de Sony :

- Knack, un jeu d'action-aventure qui s'appuie surtout sur une physique impressionnante ;

- Shadow Fall, le nouvel opus de la célèbre saga Killzone ;

- inFamous 3, troisième volet de la série d'action made in Sony ;

- DriveClub, un jeu de course qui mise sur la modélisation des véhicules et la dimension sociale ;

- Witness, un casse tête développé par le créateur de Braid se déroulant sur une île colorée ;

- Deep Down, développé par Capcom (Resident Evil, etc.) et dont le moteur graphique est pour le moins ahurissant ;

- Watch Dogs, développé par Ubisoft et se présentant comme un jeu en monde ouvert à la GTA. Bluffant.

Sources : Sony, IGN