Le spoiler, un fléau qui touche de plus en plus de spectateurs…

Article mis à jour le 

La société américaine TiVo vient de mener une enquête sur un phénomène hautement brûlant à l’heure du tout connecté : les spoilers. Selon elle, pas moins de 80 % des spectateurs seraient aujourd’hui concernés à leurs dépens par toutes sortes de révélations de dénouement de films, séries et autres matchs.

[Alerte spoiler] dans le dernier épisode de la saison [spoiler] de [spoiler], la mort de [spoiler] est une trahison de [spoiler], qui est en réalité tombé sous le charme de [spoiler]. Vous l’avez certainement observé à vos dépens ces dernières années : les spoilers, indiqués en tant que tels ou pas, ont envahi une bonne partie du web. À tel point que nombreux seraient désormais les spectateurs à se voir gâcher la fin d’un film, une série ou autres, avant même de l’avoir visionné. C’est en tout cas ce que vient de mettre en évidence une enquête menée par la société américaine TiVo, un constructeur de magnétoscopes numériques offrant la possibilité de visionner ses programmes favoris en direct ou en différé.

Selon elle, le spoiler ne serait donc non pas un phénomène confidentiel, mais un désastre répandu. Pour preuve, plus de 78 % des 14 763 participants au sondage réalisé courant juin 2014 ont indiqué qu’un film, une série ou une rencontre sportive leur avait déjà été spoilé. De son côté, le site internet Fastcocreate s’est demandé si ce problème, aussi évident soit-il, gênait réellement les spectateurs. Or, si 17 % des personnes estiment ne rien avoir à faire des spoilers, 70 % des autres sondés prennent pour leur part toutes les précautions pour les éviter. Pour ce faire, ces derniers zappent notamment la case réseaux sociaux.

Les spoilers ne sont pas seulement l’apanage des réseaux sociaux…

Toutefois, ce ne sont pas seulement les Facebook, Twitter et consorts qui dévoilent le dénouement des programmes préférés des internautes. Ou en tout cas pas seulement. Car bien que les participants à l’étude soulignent que Facebook et certains médias sur le web ne sont pas innocents à ce petit jeu, leurs principaux spoilers proviennent en grande partie de leurs collègues, amis et connaissances.

En outre, n’oublions pas une chose au sujet des spoilers : ces derniers n’ont en réalité pas attendu l’essor des séries HBO et AMC pour faire parler d’eux. Par exemple, 23 % des participants au sondage déclarent que les pires rebondissements jamais révélés n’étaient non pas la mort d’un personnage  trop classique – mais le résultat d’un match.

À partir de quand le spoiler est-il toléré ?

Reste maintenant à savoir s’il existe un moment opportun pour que les aficionados de Game of Thrones puissent partager leur souffrance – ou leur jubilation –, après avoir visionné un épisode. Faut-il patienter quelques heures, jours ou années ? Pour les victimes de spoilers, la question est épineuse : sur Deadline, 27,7 % estiment qu’il faut attendre au moins une journée d’intervalle, tandis que 22,5 % n’accordent aucun répit et balancent l’information bien plus tôt. Fort heureusement pour les opprimés du spoil, 22,7 % déclarent faire partie de ceux gardant bouche close plus de deux jours durant avant de tout révéler, comme le met en évidence Fastcocreate. Moralité : mieux vaut donc être de ceux visionnant les derniers épisodes des séries phares dans un délai court…

Sources : fastcocreate, deadline, slate