Et s'il suffisait de tomber sur la tête pour devenir un génie ?

Article mis à jour le 

À en croire la conclusion d'une étude américaine rapportée par The Atlantic, une simple lésion cérébrale pourrait nous permettre de devenir génial ou du moins de développer des aptitudes artistiques ou intellectuelles. Mais attention, préviennent les scientifiques, le résultat n'est pas garanti…  

Suffit-il de tomber sur la tête pour faire jaillir en soi un génie insoupçonné, un musicien hors norme ou un plasticien visionnaire ? C'est en tout cas ce que laisse supposer une étude américaine repérée par le site internet The Atlantic. Pour étayer leurs dires, les scientifiques s'appuient sur l'exemple d'un photographe britannique du XIXème siècle : Eadweard Muybridge.

Ce dernier est devenu célèbre grâce à ses clichés ayant permis de comprendre comment un cheval galopait. Mais à l'époque, l'homme était surtout perçu comme un doux excentrique, dont le comportement étrange découlait d'une blessure à la tête qu'il s'était fait au cours d'un accident. Or, d'après les recherches menées par Bruce Miller, un professeur de neurologie à l'Université de Californie-San Francisco, c'est ce même accident qu'il faut tenir pour responsable du génie d'Eadweard Muybridge.

Selon Miller, Muybridge est ainsi devenu par la force des choses ce qu'il nomme un "savant par acquisition". Un phénomène approuvé par le psychiatre Darold Treffert, qui a effectué des recherches sur le même thème. D'après ce dernier, le monde compterait aujourd'hui quelques 330 "savants", parmi lesquels 300 auraient possédé dès le départ des aptitudes intellectuelles extraordinaires. Pour les 30 autres (à l'instar de Derek Amato), une lésion cérébrale aurait, à en croire le scientifique, été à l'origine de leurs soudaines dispositions et facultés remarquables.

Comment expliquer l'apparition de telles capacités ?

Pour Bruce Miller, la manifestation de telles aptitudes pourrait résulter d'une maladie baptisée démence fronto-temporale. Une maladie dont la particularité est de ne s'attaquer qu'à une partie du cerveau, obligeant ainsi les autres à compenser en se développant plus rapidement. Résultat : les capacités seraient alors démultipliées.  

Ce n'est pas la première fois que des scientifiques s'interrogent sur les changements de comportement induits par les lésions cérébrales. En avril 2012, le site internet Slate rapportait notamment une information de la BBC montrant qu'une congestion cérébrale pouvait transformer la sexualité d'un individu.

Sources : The Atlantic, BBC, Slate