Le tabagisme passif rend-il les enfants plus agressifs ?

Article mis à jour le 

Le tabagisme passif durant les périodes prénatales et postnatales entraînerait à terme des troubles du comportement chez l'enfant
Le tabagisme passif durant les périodes prénatales et postnatales entraînerait à terme des troubles du comportement chez l'enfant

Une étude rendue publique par la revue Plos One soutient que l’exposition précoce au tabac provoquerait à terme des troubles des émotions et de la conduite.

Que le tabac soit à l’origine chez les enfants de pathologies comme les bronchites, l’asthme ou les otites n’est pas nouveau. Toutefois, la revue Plos One met le doigt sur une affection que l’on ignorait jusqu’à présent : les troubles du comportement chez les plus jeunes. L’étude en question a été menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l’Université Pierre et Marie Curie, et a passé en revue les données d’exposition de 5 221 élèves de primaire répartis dans six grandes villes de l’Hexagone. Les informations ont été recueillies avant et après la naissance.

Résultat, comme le souligne la directrice de recherche de l’Inserm Isabella Annesi-Maesano : le tabagisme passif lors de la période postnatale ou associée à une exposition au cours de la grossesse renforce les troubles du comportement chez les enfants, une fois à l’école primaire.

 

Troubles émotionnels et troubles de la conduite

Parmi les enfants étudiés, pas moins de 21 % ont présenté des troubles émotionnels et des troubles de la conduite, dans le cas d’une exposition à la fumée de cigarette lors des périodes prénatale et postnatale. Principal facteur de ce problème : la nicotine, qui altèrerait structurellement le cerveau au moment de la grossesse et dans les mois qui suivent. En conclusion, l’Inserm juge donc que le tabagisme passif doit être évité.

 

Sources leparisienladepeche