Table : choisissez-bien vos couverts, le succès de votre diner en dépend

Article mis à jour le 

Pour le diner parfait, vous avez cette fois-ci prévu de cuisiner pour de vrai, à grand renfort d'un bon repas original pour changer un peu du quotidien. Vous avez pour cela sorti la belle nappe que vous réservez pour les grandes occasions, dépoussiéré les assiettes enfermées depuis trop longtemps, puis sorti les couverts. Et là, hésitation, vous ne savez pas lesquels choisir. D'un côté, il y a les colorés et détente, de l'autre les plus sobres, certes, mais aussi plus chics ? Tremblements, sueur froide, et à juste titre : les couverts doivent être choisis avec beaucoup de minutie car ils modifient le goût des aliments.

Vous pourrez vous donner tout le mal du monde à concocter des heures durant un délicieux repas, cela ne servira à rien si les couverts sont mal choisis. Du moins, c'est ce qu'ont déclaré des scientifiques américains de l'Université d'Oxford après avoir effectué une étude sur le sujet, publiée dans la revue Flavour. Une centaine d'étudiants ont participé à 3 études portant sur les différentes caractéristiques des couverts : leur poids, leur taille et leur couleur, expliquent Charles Spence et le Dr Vanessa Harrar, à la tête de l'étude.

Le poids des couverts

Lorsqu'un qu'un couvert n'a pas le poids qu'on lui suppose, la perception de la nourriture changerait. Les chercheurs ont proposé du yaourt aux étudiants : lorsqu'il était servi sur une cuiller en plastique, il était perçu comme plus dense et, par conséquent, plus coûteux, simplement parce qu'il semblait plus lourd. Le simple fait du poids influence la perception que l'on a de la nourriture.

La forme des couverts

Ensuite, les scientifiques ont proposé aux participants du fromage, à l'aide de différents ustensiles : un couteau, une cuiller, une fourchette et un cure-dent. Les étudiants ne savaient pas qu'ils mangeaient le même fromage. Pourtant, à chaque couvert, le goût perçu était différent : avec la cuiller, assimilée aux desserts, le fromage a paru plus sucré qu'avec les autres couverts. À l'inverse, c'est le couteau qui a évoqué l'impression de "plus salé".

La couleur des couverts

Enfin, les chercheurs ont offert aux participants des yaourts. Plus précisément différentes cuillers sur lesquelles du yaourt blanc était préparé. Puis ils ont refait la même expérience avec du yaourt rose. Ainsi, le yaourt blanc a été préféré lorsqu'il était mangé sur la cuiller blanche, et jugé plus doux et de meilleure qualité que sur les autres cuillers.

À l'inverse, pour le yaourt rose, c'est sur la cuiller noire qu'il a eu le plus de succès. Enfin, sur la cuiller bleue, les deux yaourts ont été jugé plus salés. Ces résultats suggèrent que le cerveau préférait éviter les contrastes (rose sur noir moins contrasté que blanc sur noir).

Vous pourrez vous donner tout le mal du monde, cela ne servira à rien si les couverts sont mal choisis.

Tout étudier : assiettes, verres, lampes, tables…

Outre les couverts, tout participerait au "bon repas" :

- la taille de la vaisselle : elle déterminerait la quantité de nourriture que nous allons ingurgiter. Pour une même quantité, l'impression n'est pas la même si l'assiette est pleine ou quasiment vide ;

- des verres de différentes couleurs : la boisson est jugée plus rafraichissante lorsqu'elle est servie dans des verres de couleur froide (bleu, vert..) que de couleurs chaudes (rouge, jaune…) ;

- de la nourriture colorée : cela peut être apprécié, ou au contraire gêner, alors que le colorant n'a strictement aucune saveur, comme de la purée bleue par exemple ;

- la luminosité de la pièce (la couleur de la lumière et l'intensité de celle-ci) crée une ambiance qui prédispose les invités (joie, tristesse...). Et surtout, elle changera la couleur de la nourriture ;

- la couleur des assiettes : blanches, décorées, unies et colorées... qui influencera aussi l'aspect visuel ;

- là où vous servez votre plat : sur une table de verre (plus froid), de bois (plus rustique), la nappe, si la table est chargée, colorée ou non etc., serait aussi très déterminant.

Ainsi, le cerveau intervient dans le goût avant même que nos papilles gustatives aient touché la nourriture, expliquent les scientifiques sur BBC. D'abord les yeux, puis le toucher et enfin arrive le goût, dont la perception est déjà fortement modifiée. C'est peut-être pour cela qu'il est si gênant de boire un soda dans une tasse, ou un café dans un verre à pied.

Pour que votre diner soit vraiment parfait, mieux vaut faire une petite préparation, voire tout mettre en place une première fois afin d'estimer le rendu.

Sources : Flavour ; Huffington Post