TGV : bientôt la fin des voitures-bars pour des billets moins chers ?

Article mis à jour le 

Le directeur de la SNCF, Guillaume Pepy, a récemment modifié le cahier des charges confié à Alstom dans le cadre du développement du TGV du futur. Objectif : faire en sorte que les places soient plus nombreuses et moins coûteuses, quitte à "supprimer le bar".

La société nationale des chemins de fer français (SNCF) vient de modifier son projet de TGV du futur pour être en mesure de proposer des billets moins chers. Or, pour ce faire, il n'est pas exclu que la voiture-bar soit supprimée. Attendu pour 2018, le TGV d'Alstom devait à l'origine être un modèle haut de gamme, mais le président de la SNCF Guillaume Pepy vient finalement d'annoncer que ce dernier serait moins cher pour les voyageurs.

100 à 150 voyageurs de plus par TGV

Interrogé par la commission du développement durable à l'Assemblée nationale, Guillaume Pepy a souligné que le projet original du "nec plus ultra", évalué à 30 ou 35 millions d'euros par train, est passé à un TGV revenant 30 % moins cher au passager. De fait, le nouvel enjeu pour Alstom est désormais de mettre au point un TGV disposant de davantage de places par rames que le modèle actuel, et ce sans limiter le confort des passagers. Une problématique qui pourrait se résoudre grâce à la suppression de la voiture-bar – alors probablement remplacée par un chariot roulant –, qui ferait passer le nombre de voyageurs de 500 à 600 voire 650.

À noter que cette nouveauté s'intègre dans les 34 plans de la "Nouvelle France industrielle", un ensemble de projets initié depuis septembre pour amener la France dans une nouvelle révolution industrielle. Les trois objectifs de ce bouleversement : transition écologique et énergétique, nouvelles technologies et santé.

Sources : ouest-france, deplacementspros, bfmtv