Surdité : comment mieux comprendre ce handicap

Article mis à jour le 

Tout savoir sur la surdité 
Tout savoir sur la surdité 

En France, 5 à 6 millions de personnes souffrent d'une surdité dont le degré de gravité s'étends de moyenne à lourde. 300 000 d'entre elles sont sourdes profondes de naissance ou devenues sourdes. La déficience auditive devient un phénomène de santé publique : les seniors ne sont plus les seuls concernés, de plus en plus de jeunes sont touchés.

Les  causes de la surdité

A la naissance, l’être humain est doté d'un capital de 15 000 cellules ciliées. Il s'agit des cellules sensorielles qui transmettent les informations au cerveau via le nerf auditif. Dès 20 ans, elles commencent à s’user naturellement. A 60 ans, l’usure produit une surdité, la presbyacousie.

La surdité peut avoir de nombreuses causes :

-  les causes congénitales dues à des facteurs génétiques héréditaires ou non, des complications survenues pendant la grossesse ou lors de l’accouchement ;

- les maladies infectieuses ou chroniques (oreillons, rougeole, rubéole, otite…) ;

- l’utilisation de certains médicaments (antibiotiques, antipaludéens) ;

- un traumatisme crânien ou une blessure de l’oreille ;

- un bouchon de cérumen bloquant le conduit auditif.

Fléau moderne de la vie urbaine, un environnement sonore et bruyant n'est pas sans conséquences pour nos oreilles. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 50% des jeunes de 12 à 35 ans s’exposent à des niveaux sonores dangereux (casques, MP3...).

 

Les types et les degrés de surdité

L’organe de l’audition est constitué de deux parties : l’une dédiée à la perception, l’autre à la transmission.

Le type de surdité le plus répandu mais également le plus difficile à traiter est la surdité de perception. Elle est causée par une lésion de l'oreille interne (cochlée, nerf auditif) l’organe sensoriel de l’audition qui assure la transmission nerveuse des sons.

La surdité de transmission se caractérise quant à elle par une atteinte de l'oreille externe ou de l'oreille moyenne, mais aussi par un mauvais fonctionnement du tympan ou des osselets. Il s’agit d’un trouble mécanique qui fait obstacle à la transmission normale des sons. Dans ce cas, la perte moyenne est rarement supérieure à 40 dB. La surdité est souvent opérable et facilement appareillable.

La surdité mixte est une combinaison des deux précédentes.

Plusieurs degrés de surdité sont observés :

-  la surdité légère : 26-40 dB (la parole est perçue à voix normale à un mètre) ;

- la surdité moyenne : 41-60 dB (la parole est perçue à voix forte à un mètre) ;

-  la surdité sévère : 61-80 dB (la parole est perçue seulement à voix très forte près de l’oreille),

- la surdité profonde incluant la surdité totale : 81 dB ou plus (la parole n’est plus perçue, même en élevant la voix).

Des traitements de plus en plus sophistiqués

Chirurgie de l’oreille, aides auditives ou implants, les traitements sont de plus en plus perfectionnés. Mais leurs prix souvent exorbitants en comparaison des remboursements proposés par la Sécurité Sociale dissuadent encore de nombreux sourds et malentendants d'y faire appel.

Les progrès technologiques ne cessent pourtant d’apporter de nouvelles solutions pour améliorer leurs vies quotidiennes.

Parmi toutes les avancées, citons le Hand’speaker conçu pour les sourds utilisant la langue des signes (LSF) pour communiquer. Inventé par des étudiants ingénieurs de l’École de Nancy, ce gant muni de capteurs permet aux sourds de discuter avec des interlocuteurs ne maîtrisant pas la LSF. Le principe est simple : le gant est relié à une application pour Smartphone, qui analyse et traduit les gestes de la LSF en mots et phrases afin de les restituer en synthèse vocale.

Sources : lefigaro.fr ; vousnousils.fr

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : santé