Des traces d'ADN de cheval retrouvées dans des produits Nestlé et Lidl

Article mis à jour le 

Nestlé, le numéro un mondial de l'agroalimentaire, et Lidl, le géant de la distribution allemande, ont fait savoir lundi à travers des communiqués respectifs que des traces d'ADN de cheval avaient été détectées dans certains de leurs produits à base de bœuf. En conséquence, les deux groupes ont aussitôt décidé de retirer ces derniers de la vente.

Après avoir entre autres touché les marques Findus et Picard, le scandale européen de la viande de cheval touche cette fois-ci deux nouveaux acteurs de la distribution et de l'agroalimentaire : Nestlé et Lidl. Après avoir détecté des traces de cheval dans des plats de pâtes présentés comme cuisinés au bœuf (Buitoni Beef Ravioli et Beef Tortellini), Nestlé a annoncé lundi qu'il procédait à leur retrait de la vente en Espagne et en Italie.

Même principe de précaution adopté par la marque allemande de distribution Lidl, qui a fait savoir lundi que des plats au bœuf qui contenaient de la viande de cheval avaient été retirés en Suède, en Finlande, au Danemark et en Belgique. Ainsi, sont notamment concernés les goulaschs et les raviolis de la marque Coquette. En parallèle, Paris a levé les sanctions imposées à Spanghero, une autre société au cœur de la polémique.

À noter en outre que Nestlé s'apprête aussi à retirer de la vente les "Lasagnes à  la Bolognaise Gourmandes", des lasagnes congelées réservées aux industriels de la restauration produites dans l'Hexagone. Pour expliquer le problème, Nestlé a pointé du doigt la société allemande H.J. Schypke, sous traitant de son fournisseur JBS Toledo NV. La société belge JBS Toledo a pour sa part indiqué qu'elle allait cesser provisoirement de commercialiser de la viande européenne.

Pas de risque pour la santé

Depuis le début du scandale, les autorités ont garanti qu'il n'y avait aucun risque pour la santé. Une stratégie que s'est empressé de reprendre Nestlé à travers son communiqué : "la sécurité alimentaire n'est pas en cause, mais le mauvais étiquetage de produits fait qu'ils ne remplissent pas les critères très stricts que les consommateurs attendent de notre part".  Selon Nestlé, de nouveaux tests seront prochainement mis en place dans ses sites de production en Europe pour détecter d'éventuelles traves de viande de cheval.

Sources : Nestlé, Lidl