Tranquilien : l'appli qui vous aide à trouver une place assise dans le RER

Article mis à jour le 

Chaque matin et soir, pendant les heures de pointe, le même scénario : les RER ne désemplissent pas, tant et si bien qu'il est souvent délicat de trouver une place assise. Pour remédier à cette petite angoisse, l'application Tranquilien offre la possibilité aux passagers de savoir si le wagon est bondé ou pas. Un outil qui pourrait s'avérer d'une aide précieuse en cas de réveil difficile.

Quoi de mieux, pour bien commencer la journée, que de pouvoir s'installer confortablement dans un siège pour bouquiner, dans le RER ? Seulement voilà, à l'heure où tous les travailleurs sautent dans les transports pour se rendre à leur bureau, il n'est pas toujours aisé de trouver le bonheur. Qu'à cela ne tienne, l'application Tranquilien permet aux détenteurs d'iPhone de reculer un départ de quelques minutes pour esquiver la foule.

Cette dernière, une application participative, offre la possibilité aux usagers des trains franciliens de la SNCF, de paramétrer leur trajet, et une fois à bord d'un wagon de RER, d'indiquer si celui-ci est vide (via la couleur verte), si quelques places sont libres (via la couleur orange) ou s'il faudra se faire une place debout (couleur rouge). À noter que l'utilisateur du programme peut préciser s'il se situe à l'avant, au milieu ou en queue du train.

Résultat : les autres utilisateurs peuvent, de cette façon, savoir grâce à leur smartphone, la couleur des trains et donc leur affluence.

Un système collaboratif

En somme, détaille la directrice de la SNCF, Bénédicte Tilloy, les 3 millions de voyageurs sont l'intelligence de l'application. Ainsi, plus ces derniers participeront, plus les informations seront fiables.

Pour laisser un commentaire en passant par l'application, l'usager n'aura qu'à secouer son iPhone. Un système qui devrait voir le jour à l'identique à la rentrée sur Android. Côté sécurité, et dans l'optique d'éviter que certains ne détournent ce service ingénieux imaginé à l'occasion des Hack Days, toutes les données seront vérifiées grâce à un système de géolocalisation.

Sources : OpenData.francilien, SNCF