Travail : être sans bureau fixe, la nouvelle tendance ?

Article mis à jour le 

Travail : être sans bureau fixe, la nouvelle tendance ?
Travail : être sans bureau fixe, la nouvelle tendance ?

Le travail sans bureau fixe fait de plus en plus d’adeptes. En Suisse, près de 28% de la population active a opté pour le travail à domicile.

Les sans bureau fixe ont le choix parmi plusieurs formules, notamment rester chez eux ou louer des bureaux temporaires. Beaucoup d’entre eux se disent satisfaits de leurs conditions de travail.

Un sentiment de liberté

Beaucoup de travailleurs nomades se réjouissent de la liberté procurée par le système sans bureau fixe. En effet, ils en ont fini avec le rituel métro, boulot, dodo. D’après Thierry Hatier, directeur du groupe Pathé en Suisse, le fait de sillonner le pays et de ne pas avoir de lieu de travail fixe lui procure un sentiment de liberté, dopant ainsi sa créativité.

Une formule adaptée au télétravail

Buffer, une start-up américaine, a choisi la formule du télétravail pour ses employés. Ainsi, ces derniers n’ont ni bureau, ni horaire à suivre. Chacun est libre de vivre où il veut comme l’explique Rodolphe Dutel, directeur des opérations de l’entreprise. Près de la moitié des collaborateurs de la start-up vivent aux États-Unis et les autres sont éparpillés un peu partout dans le monde. Chacun a des objectifs à atteindre à moyen et long terme, et l’avancement des projets est contrôlé régulièrement.

Une petite famille

Seed-Up, une start-up française, a adopté une formule hors du commun : vivre sur le lieu de travail. En effet, les employés vivent en colocation et leur résidence leur sert également de bureau. D’après Paul Poupet, cofondateur de l’entreprise, cette formule facilite la communication et permet aux salariés de s’impliquer un peu plus dans les projets. Elle crée aussi des liens plus forts entre les collaborateurs.

Des bureaux temporaires

Certains spécialistes de la location immobilière profitent de l’essor du système sans bureau fixe en proposant des bureaux temporaires. C’est le cas de Regus qui est aujourd’hui présent dans 120 pays et qui a triplé le nombre de ses installations en cinq ans d’activité. Elle loue des bureaux équipés, des salles de réunion et des espaces de coworking où chacun peut travailler avec son ordinateur portable.

Sources : courrierinternational.com, lesechos.fr, strategies.fr