Une caméra miniature à injecter dans le corps humain

Article mis à jour le 

Une minuscule caméra pouvant filmer l'intérieur du corps
Une minuscule caméra pouvant filmer l'intérieur du corps

Des ingénieurs allemands viennent de mettre au point une caméra de la taille d'un grain de sable. Dotée de 3 lentilles et placée au bout d'une fibre optique, elle peut s'injecter à l'aide d'une seringue afin d'explorer plus en détails le corps humain. Une révolution pour l'avenir de l'imagerie médicale notamment, et sans danger pour les patients.

Un concentré de technologie

Fabriquée à l'aide d'une imprimante 3D, cette caméra ne mesure pas plus de 0, 12 millimètre d'épaisseur avec son boîtier. Chacune des trois lentilles, large de 0, 1 millimètre, est capable de faire la mise au point sur un élement placé à partir de 3 mm de distance. La caméra transfère ensuite l'image grâce à une fibre optique, longue de 1, 70 m et pas plus large que deux cheveux, à laquelle elle est attachée. Ce nouveau système d'imagerie développé par les chercheurs de l'Université de Stuttgart s'insère aisément dans une seringue standard avant d'être injecté dans le corps humain, ou même la boite crânienne.

Un grand pas pour la médecine et... la vidéo-surveillance

Une fois inséré dans le corps, ce système permet en effet de pratiquer des endoscopies à n'importe quel endroit et de façon bien moins invasive et douloureuse que les techniques traditionnelles. De plus, l'utilisation de cet outil favoriserait une cicatrisation quasi immédiate du patient compte tenu de l'absence presque totale d'endommagement des tissus. Il peut également être déployé dans des moniteurs de sécurité ou des mini-robots à vision autonome rapportent les ingénieurs, ce qui offrirait de nouvelles perspectives pour la vidéo-surveillance civile et militaire. De plus, la rapidité qu'offre l'impression 3D pour concevoir, fabriquer et tester cet oeil minuscule pourrait représenter "un changement de paradigme" dans le domaine de l'imagerie estiment encore les chercheurs allemands.

 

Sources : Clubic ; Nature Photonics ; Phys