Vacances d'hiver : les tarifs SNCF moins intéressants pour les provinciaux

Article mis à jour le 

D'après une enquête de l'association de consommateurs CLCV publiée le 1er mars, les prix de la SNCF pour les départs en vacances d'hiver sont plus coûteux depuis la province et les rabais sont moins avantageux pour les familles que pour les voyageurs réguliers et les jeunes.

Une étude réalisée sur les trajets pour un départ les 1er et 2 mars à destination des principales stations de ski met en évidence une différence de prix entre les départs hors Paris, plus chers, et les départs depuis la capitale. Ainsi, un surcoût de 32,5 % a été observé pour les tarifs dits les "moins chers", et 9 % pour le tarif moyen, pour la province. Cette différence s'explique toutefois en partie parce que les trains au départ de Paris comptent souvent davantage de voyageurs, ce qui permet de mieux amortir les coups fixes et d'offrir un prix plus bas.

S'agissant des tarifs réduits (jeunes 12-25 ans, senior, famille nombreuse, fréquence), l'observation de la CLCV montre que la réduction va de 21 % à 38 %, la moyenne se situant à 30 %.

Les plus désavantagés : les familles de province

À l'image de la dernière étude de la CLCV sur les trajets estivaux, l'enquête montre que la carte famille nombreuse offre une réduction de 21 % en comparaison au tarif normal. Ce qui est bien moins intéressant que les autres tarifs réduits, 35,9 % moins cher pour les voyageurs fréquents et 29,9 % pour les jeunes.

En conséquence, la CLCV s'interroge sur la cible de la grille tarifaire de la SNCF. Aujourd'hui, les plus avantagés par le système en place sont les gens mobiles, les internautes et les habitants de Paris. À l'inverse, les plus défavorisés sont les familles de province. Pour cette raison, l'association de consommateurs estime que la SNCF devrait remettre à plat sa politique familiale.

Prenez vos billets trois mois à l'avance

Sur les 20 destinations étudiées, la CLCV a également observé que les billets réservés trois mois à l'avance étaient les moins chers. Le tarif le "moins cher" augmente en effet rapidement et fortement d'un mois sur l'autre. Par exemple, la différence de prix peut atteindre 20 % entre un billet à tarif normal acheté trois mois à l'avance et un autre réservé deux mois avant le départ.

En outre, l'association de consommateurs a relevé que la plupart des trains à destination des stations de ski étaient complets trois mois à l'avance. Ce phénomène est relatif au fait que la SNCF a ouvert les premières réservations plus tôt que prévu et dans des conditions peu définies. Un flou jugé "critiquable" par la CLCV.

Sources : CLCV, SNCF