Vacances : les relations à distance, plus intimes et plus intenses

Article mis à jour le 

Si les amours de vacances sont fréquentes, entretenir la relation n'est pas chose facile. Soleil, plage, cocktails, tous les ingrédients sont rassemblés pour nous aider à révéler le meilleur de nous-mêmes. Et lorsque la romance est à son comble, on apprend qu'elle se vivra d'un bout à l'autre du territoire. Histoire sans avenir ? Bien au contraire…

Si certains pensent que "l'amour n'a pas de frontière", d'autres au contraire ne jurent que par le proverbe "loin des yeux, loin du cœur". Difficile de trancher. Pourtant, d'après une étude sino-américaine, "loin des yeux" serait un excellent remède pour une relation qui dure. Pour en avoir le cœur net, 63 couples hétérosexuels ont accepté de participer à l'expérience.

Parmi ces couples, la moitié vivait une relation à distance, depuis au moins 17 mois. La séparation géographique allait de quelques kilomètres à plusieurs milliers. Aussi, les amoureux ne se voyaient qu'une fois par mois, voire moins. Alors que la relation à distance est vécue comme une épreuve vouée à l'échec, elle concerne au moins 50 % des étudiants et pas moins de 3 millions de couples aux États-Unis.

La distance permettrait de se rapprocher

Question communication, les couples "classiques" ont davantage de discussions, se voyant plus souvent. En revanche, elles sont bien plus courtes et moins constructives que celles qu'alimentent les couples à distance. Pour compenser la distance et le manque, ces derniers auraient en effet tendance à communiquer plus longuement, en faisant d'autres choses, pour créer l'illusion que l'autre fait vraiment partie du quotidien.

Les discussions sont alors orientées vers des sujets plus constructifs - changement de travail, d'appartement, "quand tu reviendras…". De cette façon, les discordes sont évitées et ne viennent pas gâcher ce moment privilégié, propice à un dévoilement plus rapide des sentiments. Si discuter à travers une interface électronique (Skype, téléphone…) permet de se mettre plus facilement en position de vulnérabilité, la distance, elle, requiert des fondements solides dans la relation : il faut qu'elle vaille le coup. C'est pourquoi la relation est sans dispute, intime et tournée vers l'avenir. Une relation vraie finalement, aussi paradoxal que cela puisse paraitre.

Communiquer plus longuement, pour créer l'illusion que l'autre fait vraiment partie du quotidien

La distance amènerait à fermer les yeux

Autre observation de l'étude : l'appréciation mutuelle des partenaires est très différente entre un couple classique et un couple à distance dans la mesure où le principe de ce dernier est une preuve de l'attachement réel à l'autre. Résultat, chacun des partenaires aura tendance à idéaliser l'autre et la relation. Et lors des retrouvailles, chaque moment sera vécu plus intensément et plus longuement que la normale, renforçant cette idéalisation.

Toutefois, cette mythification du partenaire et de la relation risque de faire quelques dommages collatéraux lorsque tomberont les masques : se téléphoner pendant des heures à discuter "d'hypothèses potentiellement possibles si" revient parfois à se créer un film. Or, si fantasmer permet d'alimenter le couple, ce trop-plein de rêves risque de créer une relation imaginaire : la réalité n'en sera que plus décevante.

La mythification du partenaire risque de faire quelques dommages collatéraux

En somme, passer d'une relation à distance à une relation "réelle" est une étape comparable à celle consistant à passer d'une relation classique à l'emménagement. Dans ce cas, le quotidien est bouleversé, les petits défauts révélés et une nouvelle facette de l'autre est mise au jour. Pourtant, malgré la méconnaissance de l'autre, une relation à distance permet d'effectuer un travail inestimable sur soi-même : parvenir à se confier, relativiser les problèmes du quotidien, mais aussi gagner en patience.

Source : eurekalert.org