Voilà à quoi ressemble le nouveau billet de 10 euros

Article mis à jour le 

Lundi, la Banque centrale européenne (BCE) a présenté le nouveau billet de 10 euros. Celui-ci devrait faire son entrée dans vos portefeuilles dès le mois de septembre 2014. Annoncé comme plus solide, ce dernier devrait surtout être nettement plus difficile à falsifier.

La BCE l'a dévoilé hier : le nouveau billet de 10 euros devrait être mis en circulation dès le 23 septembre prochain. Pas de grosse nouveauté par rapport à celui lancé en 2002 en termes de design, puisqu'il reprend la même effigie, à savoir une arche d'architecture romane sur le recto et un pont d'architecture romane sur le verso comme on pouvait en construire du XIe au XIIe siècle. Néanmoins, les tons tirent désormais plus sur le rouge que le marron. Mais le principal changement concerne les ajouts technologiques développés pour le rendre plus sûr.

À l'instar du nouveau billet de 5 euros, mis en circulation en mai 2013, l'innovation principale est l'ajout d'un visage, en l'occurrence celui d'Europe, personnage de la mythologie grecque séduite et enlevée par le dieu Zeus alors transformée en vachette. L'occasion d'adjoindre de nouveaux signes de sécurité tels que l'hologramme portrait, visible en penchant le billet, et le filigrane portrait, quant à lui perceptible par transparence.

Des billets à l'épreuve du temps

En outre, le 10 couleur émeraude (en bas à gauche) a été conçu de telle manière que sa teinte passe du vert au bleu lorsqu'on incline le billet. En dehors de ces nouveaux signes de sécurité, ce nouveau billet a été développé dans une logique de durabilité. Désormais pourvu d'un revêtement protecteur et donc plus résistant, le nouveau venu induira une réduction des coûts, compte tenu entre autres d'un besoin de remplacement moins fréquent, et un impact plus limité sur l'environnement. Exit les billets rapiécés avec un peu de scotch, donc…

À noter que prochainement, au même titre que les billets de 5 et 10 euros, les coupures de 20, 50, 100, 200 et 500 euros seront petit à petit remplacées.

Sources : ecb.europa, Libération