Voilà ce que vous risquez en filmant avec un drone

Article mis à jour le 

Une première : mardi, un lycéen français a été condamné pour avoir utilisé un drone à Nancy. Un cas qui pourrait prochainement faire jurisprudence compte tenu du caractère stricte de la législation en la matière.

La première condamnation d'un utilisateur de drone en France a été prononcée mardi contre un lycéen de Nancy. Âgé de 18 ans, celui-ci a été condamné à payer 400 euros d'amende pour mise en danger de la vie d'autrui et non-respect de la réglementation aérienne. Le jeune nantais a utilisé un drone muni d'une caméra pour survoler la ville et a par la suite utilisé les images enregistrées pour réaliser un clip diffusé sur les réseaux sociaux.

À noter que le lycéen avait accepté une comparution par reconnaissance préalable de la culpabilité, principe qu'on appelle "plaider-coupable". Proposée par le parquet puis acceptée par un juge, la peine intègre 100 euros d'amende pour infraction de la réglementation et 300 euros pour mise en danger de la vie d'autrui.

Une vidéo à succès qui n'a pas manqué d'alerter les autorités

À l'origine, le jeune vidéaste a réalisé des prises de vue aériennes de Nancy courant janvier, entre autres du côté de la place Stanislas et des monuments les plus connues de la ville. Mais c'est après avoir publié la vidéo, visionnée plusieurs dizaines de milliers de fois, sur quelques plateformes de partage, que les autorités ont été alertées.

Pour rappel, les utilisateurs de drones sont tenus de passer une formation comparable à celle des pilotes d'ULM et demander une autorisation spécifique pour faire voler un engin de ce type près d'un espace urbain.

Sources : lefigaro, europe1, leparisien