Votre chat cherche-t-il vraiment à vous assassiner ?

Article mis à jour le 

Votre chat projette-t-il vraiment de vous faire du mal ?
Votre chat projette-t-il vraiment de vous faire du mal ?

Votre chat chercherait le moyen de vous tuer à l'instar d'un lion en pleine savane. Cette surprenante révélation résulte d’une étude menée par le zoo du Bronx et l’Université d’Édimbourg. Les recherches ont porté sur la personnalité des chats domestiques et des félins sauvages.

Votre chat serait un monstre cherchant à mettre fin à vos jours. Tel est le résultat d’une étude sur le comportement des félins menée par le zoo du Bronx, à New York, en collaboration avec l’Université d’Édimbourg, en Écosse.

Votre chat, ce prédateur

Selon les auteurs de cette étude, les chats auraient un comportement similaire à celui des lions vivant dans la savane africaine. Ils auraient une tendance à la névrose, à l’impulsivité et à la domination. “Ce sont des petits prédateurs agressifs”, d’après le Dr Max Watchel, un des instigateurs de cette étude, interrogé par la BBC. “Ce qui me fait vraiment peur, c’est qu’il leur arrive d’attaquer par pur instinct de prédateur, tandis que d’autres fois ils sont inoffensifs. Si vous êtes debout près d’un groupe de lions, tout peut aller pour le mieux, mais il pourra arriver qu’ils s’en prennent à vous sans raison. C’est la même chose pour les chats domestiques. Ils sont adorables et affectueux, aimant se pelotonner dans votre lit… mais ils peuvent changer de comportement à n’importe quel moment, alors soyez prudent, a déclaré le scientifique.

Un animal incompris

D’après Marieke Gartner, co-auteure de l’étude, les chats sont des animaux incompris. “Les chatons ont des personnalités différentes, et ils ont fini par vivre avec nous parce qu’il y avait un bénéfice mutuel. Certains félins sont plus indépendants, d’autres sont assez aimants. Tout dépend de l’individu. […] Les chats ne veulent pas vous éliminer, mais les gens ignorent souvent comment les traiter et sont surpris par leur comportement”, a-t-elle déclaré lors de l’interview accordé à Chris Matyszczyk, un journaliste de Cnet.com. Selon elle, c’est l’ignorance des traits de personnalité du chat qui pousse à la méfiance.

 

Sources : slate, topito