Y a-t-il une température minimale à respecter au travail ?

Article mis à jour le 

Ces derniers jours, les températures ne cessent de dégringoler. Même à l'intérieur, pour ne pas rester frigorifié sur place, il est grand temps de purger les radiateurs et/ou d'augmenter le thermostat de quelques degrés. Mais au fait, existe-t-il une température idéale pour travailler en intérieur ? Et quelles sont les obligations de l'employeur à ce niveau ?

Au cours des dernières semaines, les températures ont commencé à descendre en dessous de 0°C un peu partout dans l'Hexagone. Tant et si bien que pour travailler dans de bonnes conditions et rester concentré au bureau, il a fallu augmenter un peu le thermostat. Comme le rapporte Rue89, certains salariés sont parfois amenés à travailler dans des environnements dont la température ne dépasse pas les 13°C. En cause : une chaudière fatiguée, une isolation quasi inexistante ou encore un rationnement de l'énergie souhaité par l'employeur. Autant d'éléments qui rendent les conditions de travail parfois très difficiles et qui peuvent même compromettre le bon fonctionnement d'une entreprise.

Une température de confort située entre 19 et 25°C

Si la température exacte n'est pas mentionnée par le Code du travail. Celui-ci impose néanmoins à l'employeur de chauffer les locaux de travail fermés durant la saison froide, ce afin de conserver une "température convenable". En outre, les équipements et caractéristiques des locaux de travail doivent être conçus de façon à "permettre l'adaptation de la température à l'organisme humain pendant le temps de travail (…)". Bref, l'employeur doit prendre toutes les dispositions nécessaires afin de garantir la protection des salariés contre le froid et les intempéries. Pour ce faire, les avis du médecin du travail et du CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions du travail) ou du délégué du personnel sont requis.

Bien que la "température de confort", comme la nomment les scientifiques, soit différente d'une personne à une autre et dépende de l'activité physique, les recherches effectuées par l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) ont permis de la quantifier avec précision. Ainsi, cette dernière doit se situer entre 19 et 25°C dans le cas d'une activité physique réduite. À noter que la température idéale se situe aux alentours de 19°C pour les salariés bougeant un peu, entre 23 et 24°C pour ceux exerçant une activité mentale et restant immobiles.

Le froid entraine la fatigue et affecte la concentration

Jusqu'à aujourd'hui, peu d'entreprises se sont réellement penchées sur la question de la température optimale pour effectuer des tâches mentales. Aux États-Unis, c'est l'armée américaine qui s'est intéressée à la chose en réalisant quelques expériences. Pour ce faire, l'US Army a fait varier la température d'une pièce dans laquelle travaillaient des contrôleurs aériens. Puis elle a reproduit l'étude à l'identique sur des employés plus jeunes qui se voyaient confier des tâches nécessitant une bonne concentration. Résultat : la température idéale pour un travail mental serait comprise entre 22°C et 26°C, ce qui n'oblige pas le corps à s'adapter. À l'inverse, les plus grosses erreurs (liées à la fatigue, notamment) ont été commises lorsque la température passait sous la barre des 16°C ou dépassait les 32°C. Enfin, les contrôleurs les plus expérimentés étaient ceux réussissant le mieux à supporter la chaleur alors que les plus jeunes étaient vite dérangés par les variations.

Une chose est sûre, une température idéale reste un des éléments primordiaux dans un bureau pour permettre aux salariés de travailler dans de bonnes conditions. Une question de bien-être.

Sources : Code du travail, US Army Medical Department, Rue89