Aménager des haies

Tailler une haie
Tailler une haie
Très souvent défensive, la haie s'impose en limite de propriété pour se cacher de la vue de la rue ou des voisins. Mais elle se doit d'être également décorative, d'où l'intérêt de choisir soigneusement les arbres et arbustes, sans oublier leur développement futur et leur entretien.


La haie : un décor irremplaçable

En prenant la forme de haie libre ou taillée, basse ou haute, les arbrisseaux, les arbustes et même les arbres sont bienvenus pour se protéger des regards des voisins mais aussi pour embellir le jardin. Certains préféreront une haie persistante, verte toute l'année, d'autres une haie caduque, amenant une succession de décors de feuillages, de fleurs et de fruits tout au long de l'année. Question de goût, mais aussi d'originalité et, bien sûr, d'entretien.

Les différents types de haie

Il existe deux types de haie :

La haie habelias
La haie habelias
  • Haie libre : d'allure champêtre, elle laisse aux arbres (ifs, cyprès, thuyas ...) et aux arbustes (noisetier, aubépine, spirées, abélias...) leur forme naturelle. Privilégiez ce type de haie pour avoir moins d'entretien et moins de déchets verts.
La haie taillée de buis
La haie taillée de buis
  • Haie taillée : située devant la maison, elle accompagner les murs ou constituer elle-même la clôture végétale. Elle peut également servir de séparation dans le jardin. Les arbustes qui la constituent doivent supporter une taille régulière (buis, laurier-cerise, thuya, troène, charme...). Ils nécessitent un entretien important.

A noter : pour border ces haies, vous pouvez également construire des clôtures en bois.

Le choix des essences

La haie champêtre
La haie champêtre

Pour la plantation, il existe de nombreuses variétés arbustives à feuillage dense et à croissance rapide : conifères, thuyas, ifs, laurier-cerise, érable du Japon, etc. Mais il leur est souvent reproché leur classicisme, d'être sensibles aux maladies et de demander un entretien assidu. D'où l'intérêt de choisir des espèces plus originales et surtout plus adaptées à la région où elles seront plantées. Inspirez-vous des essences qui poussent naturellement aux environs de chez vous. Déjà adaptées au sol et attractives pour la faune sauvage, elles résistent mieux aux maladies et nécessitent peu d'entretien. Dans nos régions, les espèces sont nombreuses : cornouiller, sureau, viorne obier, prunellier, houx, troène, cytise, charme... Pour un aménagement plus esthétique, multipliez les essences et mélangez-les sur plusieurs niveaux : arbustes, petits arbres et grands arbres.

Hauteurs et distances de plantation

Inutile de voir trop grand : les espèces à grand développement sont à éviter dans les petits jardins et l'ombre des arbres gêne la floraison des massifs. Dans les grands jardins, aucune limite, en revanche : plus votre haie sera haute, plus elle vous protègera du vent et des regards indiscrets.

Veillez à bien prendre en compte la hauteur et l'espacement des végétaux que vous achetez. La réglementation impose du reste des règles de distance et de hauteur des arbres et plantations en limite de propriété. Une haie dépassant 2 mètres de hauteur doit être plantée à une distance minimum de 2 mètres de la propriété voisine. Une haie inférieure à 2 m de hauteur peut être plantée à 50 cm de la clôture.
En règle générale, l'espacement à respecter entre les végétaux plantés en haie est de 50 cm pour les petits sujets (moins de 1 m de hauteur) et de 1 m pour les arbustes de 1 à 2 m.