Les antennes relais représentent-elles un danger ?

Les dangers des antennes relais
Les dangers des antennes relais
Les antennes relais utilisées par les opérateurs de téléphonie mobile font débat depuis plusieurs années concernant l'éventuel danger sur notre santé des ondes électromagnétiques diffusées par ces antennes.


Danger des antennes relais ?

Le Grenelle de l'environnement s'est déroulé en 2009, en plein cœur de la polémique sur les antennes relais. Un de ses thèmes était "Radiofréquences, santé, environnement". Il y est décidé de mener un plan d'action par mesure de sécurité. Cela conduit, notamment, à une surveillance de l'exposition des populations dans les villes, un suivi des personnes dites "électro-sensibles" et à une volonté d'information du grand public.

Une expertise relative aux radiofréquences est menée, en parallèle, par l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) à la demande des ministères de l’Environnement et du Travail. Les conclusions rendues fin 2009 indiquent qu'aucun élément ne permet de déterminer le danger des ondes électromagnétiques diffusées par les antennes relais.
 
Mais les experts précisent que rien non plus ne prouve qu'elles ne présentent aucun danger. C'est pourquoi l'organisme recommande de poursuivre les études et préconise le principe de précaution étant donné le développement rapide des technologies utilisant des radiofréquences. Par ailleurs, les résultats de l'étude soulignent que le téléphone mobile, qui libère des ondes à une fréquence bien supérieure à celle des antennes relais, serait potentiellement bien plus dangereux.

Seuil d'émission réglementaire des antennes relais

Actuellement, le seuil réglementaire d'émission des téléphones portables recommandés par l'Union Européenne et l'OMS est de 0.6 V/m. D'après une étude menée cette année par le Comop (Comité opérationnel), les émissions des antennes relais françaises varient entre 0,1 et 5 V/m et doivent donc être corrigées.

Dans les différents dossiers passés en jugement, le principe de précaution est souvent préconisé, ce qui est incompris par les organismes de santé publique, comme l'OMS, étant donné l'absence de preuve d'un danger quelconque.
 
L'an dernier, une étude menée par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer), rattaché à l'OMS, a conclu que l'exposition aux ondes magnétiques créées par les radiofréquences, dont celles des téléphones mobiles, présenterait éventuellement des risques de cancer pour l'homme, bien que le seuil réglementaire ne soit pas dépassé. Mais pas de raison de s'affoler, à ce jour, aucun lien de cause à effet n'a été révélé.
 
Dans un monde où nous vivons entourés de radiofréquences (télévision, radio, téléphone portable, Wi-Fi…), il existe une surveillance permanente des dangers de ces émissions. Aujourd'hui, aucune preuve sérieuse ne permet de démontrer le moindre risque. Il est cependant clair que le téléphone mobile est l'émetteur d’ondes le plus important, donc potentiellement le plus dangereux.