Arrêter de fumer grâce aux patchs et aux substituts nicotiniques

Article mis à jour le 
Arrêter de fumer grâce aux patchs et aux substituts nicotiniques
Arrêter de fumer grâce aux patchs et aux substituts nicotiniques
Patchs, gommes à mâcher ou comprimés à la nicotine : les produits pour arrêter de fumer sont de plus en plus nombreux sur les étagères de nos pharmacies. A l’occasion du Moi(s) sans tabac, nous nous penchons sur les patchs et autres substituts nicotiniques proposés aux fumeurs. 


Que sont les substituts nicotiniques ?

Les substituts nicotiniques sont des médicaments contenant de la nicotine. Destinés aux fumeurs qui souhaitent réduire ou arrêter leur consommation, ils diffusent très lentement de la nicotine par voie sanguine (par la peau pour les patchs et la muqueuse buccale pour les chewing-gums, les comprimés et les inhalateurs). En diffusant lentement une dose de nicotine dans le sang, ils permettent d’atténuer les symptômes de manque liés au sevrage. On les trouve en vente libre en pharmacie. Pourquoi ne pas les essayer à l'occasion du Moi(s) sans tabac ?

Comment les utiliser ?

Les substituts nicotiniques sont des médicaments, il est donc recommandé de lire attentivement la notice d’utilisation avant toute prise. Une consultation auprès d’un spécialiste et l’inclusion de l’un de ces substituts dans un traitement permettra d’assurer un suivi médicalisé. Concernant la durée d’utilisation, elle est variable, et oscille entre 6 semaines et 6 mois selon les cas, avec une diminution progressive du dosage. Il est possible d’associer plusieurs types de substituts en cas de dépendance importante pour faciliter le sevrage et diminuer l’envie de fumer. En revanche, l’association de plusieurs substituts doit impérativement faire l’objet d’un contrôle médical pour définir le dosage le mieux adapté à la situation du fumeur. 

Peut-on continuer à fumer ?

Il est tout à fait possible et conseillé de continuer à fumer pendant le traitement. Ceci s’applique aux fumeurs avec un degré de dépendance élevé, et permet de diminuer les risques d’échec. Il s’agit d’accommoder les fumeurs très dépendants en instaurant une suppression progressive de la cigarette. Les substituts oraux, sous forme de gommes à mâcher ou de comprimés viendront progressivement remplacer les cigarettes. Attention, fumer avec un patch peut en revanche présenter un risque de surdosage.

Quels sont les effets secondaires ?

En théorie, les substituts nicotiniques ne présentent aucun danger pour la santé. Contrairement à la cigarette qui contient un très grand nombre de substances toxiques, ils permettent au corps de n'absorber "que" la nicotine, la substance responsable de la dépendance. Par ailleurs, si l’arrêt du tabac entraine un certain nombre d’effets secondaires (prise de poids, irritabilité, déprime, etc.), il semblerait que les substituts nicotiniques permettent de réduire certains de ces effets. Ils seraient notamment reconnus pour diminuer la prise de poids. Il existe en revanche des risques de surdosage nicotinique. Les symptômes suivants doivent alerter les utilisateurs : sensation de dégout du tabac, maux de tête, vertiges, nausées, diarrhées, bouche pâteuse et accélération du rythme cardiaque. En cas d’apparition de l’un ou plusieurs de ces symptômes, il est préférable de stopper la consommation de substituts et de consulter un spécialiste. 

Bonus : pour augmenter vos chances d'arrêter le tabac, sensibilisez-vous à ses effets et ses risques avec cette vidéo Pratiks !

IFrame

Et retrouvez d'autres tutoriels utiles sur la chaîne YouTube de Pratiks !