Biocarburants : qu'en penser ?

Par : Anne Androuet - Dernière modification : 18 juin 2012 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami

Pour compléter votre lecture :

  • Tous nos articles sur les biocarburants
biocarburants

Que penser des biocarburants ?

La pollution atmosphérique, l'épuisement programmé des énergies fossiles et le prix du pétrole ont mis les biocarburants sur le devant de la scène. Ils sont aujourd'hui au cœur des débats, mais aussi de la recherche scientifique. Un objectif : en faire une source d'énergie renouvelable respectant les principes du développement durable.


Biocarburant : mode d’emploi

Le biocarburant est un carburant obtenu à partir de matière organique non fossile (à l'inverse du pétrole par exemple). On l'obtient à partir de certaines plantes : colza, soja, tournesol, bois...

Il s'agit donc d'une énergie renouvelable. On distingue généralement les biocarburants sous forme d'alcool (bioéthanol) et ceux sous forme de dérivés d'huile (biodiesel).

La recherche fait évoluer sans cesse les biocarburants. Elle porte sur des biocarburants dits "de deuxième génération" et propose des solutions toujours plus attractives.

La "troisième génération" est d'ores et déjà à l'étude. Il s'agira alors d'utiliser des micro-algues pour produire de l'hydrogène. Les scientifiques estiment que les micro-algues seraient 30 à 100 fois plus efficaces que les matières organiques non fossiles terrestres. Pour l'heure, cette troisième génération n'est qu'au stade de la définition.

Les scientifiques espèrent que le biodiesel et le bioéthanol pourraient un jour constituer une véritable alternative au pétrole.

Les avantages

  • une réponse possible à la pénurie programmée des énergies fossiles,
  • une solution pour réduire la production de gaz à effet de serre. Le CO2 émis lors de la combustion du biodiesel est compensé par le CO2 capté par les plantes lors de la photosynthèse,
  • la production des plantes nécessaires à la fabrication des biocarburants est une source potentielle de croissance économique. Cela pourrait redynamiser le secteur agricole et les régions rurales,
  • la réduction de la dépendance énergétique des pays non producteurs de pétrole face à d'autres pays producteurs.

Les risques

  • une concurrence faite aux productions destinées à l'alimentation : les pays en développement pourraient favoriser la filière des biocarburants, plus lucrative, au détriment de celle de l'alimentation, entraîner une hausse des prix de l'alimentation et provoquer des pénuries alimentaires, notamment dans les pays du sud,
  • l'accélération de la déforestation : pour pouvoir cultiver suffisamment de plantes pour la fabrication de bioéthanol ou de biodiesel,
  • la mise en danger de la biodiversité : si les exploitations sont concentrées sur quelques grandes cultures très rémunératrices,
  • la pollution : due au remplacement des moteurs et des véhicules utilisant des énergies fossiles.

L’utilisation des biocarburants

En France, les biocarburants représentent aujourd'hui moins de 1% de l'énergie utilisée par les transports.

Pour favoriser la généralisation du biodiesel, une directive européenne appliquée à partir de 2011, a mis en place des mesures incitatives. Un système d'exemption d'impôt sur le biodiesel a pour but d'amener la part du biodiesel à plus de 5% du carburant utilisé pour le transport. On trouve d'ailleurs du biodiesel 7 % à certaines pompes à essence.

Le biocarburant reste une alternative et une énergie d'avenir, mais il faudra résoudre de nombreux problèmes avant de généraliser son utilisation.

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr