Chimères : un montage de la nature

Chimère arctique
Chimère arctique
Il semblerait que ces animaux aient été créés par une personne qui n'arrivait pas à se décider et qui a associé des morceaux qui n'allaient pas ensemble.


Une origine très ancienne

Les chimères sont des poissons benthiques d'aspect curieux fréquentant le plus souvent les zones profondes du plateau continental. Elles appartiennent au groupe des Holocéphales qui compte assez peu de représentants actuels (environ 31 espèces) mais présente de nombreuses formes fossiles. L'origine des Holocéphales est en effet extrêmement ancienne et les espèces actuelles ne sont que les derniers reliquats d'une richesse passée puisque les plus anciens fossiles ont été trouvés dans des sédiments de la fin du Dévonien, soit - 370 millions d'années.
Les rais comme les chimères appartiennent au groupe des chondrichtyens
Les rais comme les chimères appartiennent au groupe des chondrichtyens
Des parents des requins
Les chimères appartiennent au groupe des chondrichtyens, qui contient également les requins et les raies. Les chimères sont cependant classées dans une sous-unité à part au sein des chondrichtyens : le groupe des Holocéphales. Tout comme les requins, les chimères présentent un squelette cartilagineux et une fécondation interne, les nageoires pelviennes des mâles étant transformées en claspers, organes qu'ils insèrent dans l'orifice génital de la femelle pour déposer leur semence.

Une chimère sur le toit de Notre-Dame à Paris
Une chimère sur le toit de Notre-Dame à Paris
C'est cependant l'apparence externe qui est la plus bizarre. La tête est grosse par rapport au corps, sa forme curieuse a valu aux chimères le nom de poissons-lapin. La bouche est infère (dirigée vers le bas) ce qui leur permet de capturer sur le fond des invertébrés et des petits poissons. Certaines espèces développent de curieux appendices à l'extrémité de leur museau leur permettant de fouiller plus efficacement le substrat lors de la recherche des proies. Si la tête est massive, la queue est au contraire fine, particulièrement chez la famille des Chiméridés, son aspect effilé offrant l'occasion de donner un deuxième surnom à ces animaux : les poissons-rat. Cette nageoire caudale fine, et finalement peu fonctionnelle, ne permet pas le type de nage classique des autres poissons et ce sont les nageoires pectorales qui assurent le relais. La nage de la chimère ressemble plus à un vol, les larges pectorales faisant office d'ailes.
Chimère tachetée ©Linda Snook
Chimère tachetée ©Linda Snook
Autre caractéristique, la première nageoire dorsale peut se déployer et est munie à sa base d'un fort aiguillon. Ce dernier est associé à des glandes à venin chez certaines espèces et peut provoquer des piqûres douloureuses. Le corps n'est pas moins singulier : mou et entièrement dépourvu d'écailles, il présente un tégument parfaitement lisse à la robe variable. Certaines espèces sont brillantes, d'autres très sombres, d'autres enfin présentent de jolies ponctuations. Pour compléter la description, précisons que les canaux sensoriels de la tête sont très visibles, que l'ouverture branchiale est réduite à un simple orifice et qu'il n'existe qu'une paire de dents sur la mâchoire inférieure et deux sur la mâchoire supérieure.

Trois familles à connaître

Ces drôles de poissons vivent en général sur le fond du plateau continental, mais peuvent se rencontrer plus près des côtes durant la nuit ou lors des migrations de reproduction. On distingue 3 familles au sein des Holocéphales : les Callorhynchidés, les Chiméridés, les Rhinochiméridés.
Chimère éléphant ©Fir0002/Flagstaffotos
Chimère éléphant ©Fir0002/Flagstaffotos
Les Callorhynchidés forment une petite famille de seulement 4 espèces réunies dans un unique genre : Callorhynchus. L'espèce la plus connue est Callorhynchus milii, c'est une habitante des eaux froides et profondes de l'Australie. Les Callorhynques, de leur nom français, se reconnaissent à leur appendice nasal spatulé et tordu qui leur permet de creuser dans le substrat. Cette curieuse expansion augmente l'étrangeté de l'animal qui n'en avait pourtant pas besoin. La queue est moins allongée que celle des autres chimères et ne présente pas l'aspect filiforme des deux autres familles.

La famille des Chiméridés est la plus riche avec 21 espèces. Outre leur museau court et arrondi, les membres de cette famille se caractérisent par la présence d'un aiguillon venimeux en avant de la nageoire dorsale. Le corps est de forme conique et se prolonge par une caudale particulièrement effilée. Ce sont des animaux d'eau froide présents dans les régions les plus au Nord et les plus au Sud. L'espèce la plus connue est Hydrolagus colliei car, durant la nuit, elle se rapproche des côtes et peut même être vue par les plongeurs, certains spécimens ayant été observés par seulement 6 mètres de fond. La robe tachetée permet l'identification rapide de cette espèce.

Les Rhinochiméridés ont, comme leur nom l'indique, un appendice nasal particulier. Le museau se termine en une expansion longue et pointue, mais droite à la différence des Callorhynchidés. On les appelle les chimères à long nez. C'est une petite famille comprenant 6 espèces.

Il faut vraiment prendre le temps d'observer ces animaux, ils sont l'un des plus curieux cadeaux que la nature nous ait faits.

Article réalisé par Arnaud Filleul et Jean-Pierre Fleury.