Bien choisir son motoculteur ou sa motobineuse

Quel motoculteur privilégier ? - © F.Marre
Quel motoculteur privilégier ? - © F.Marre
Adapté du matériel agricole, le motoculteur peut être charrue ou émietteur, suivant les accessoires dont on l’équipe. C’est avant tout un mini-tracteur muni d’un moteur thermique de trois à cinq chevaux en moyenne. Il est doté de roues pour la fonction charrue (avec soc), qui sont remplacées par des couteaux tournants (fraises) pour la fonction émiettage.


Le motoculteur

Ce matériel, conçu pour travailler les sols consistants, est lourd. Il nécessite donc un bon tour de main et est davantage conseillé aux constitutions solides, surtout s’il risque de verser. En revanche, la qualité du travail est indéniable. Veillez toujours à ce que le modèle dispose d’une marche arrière pour faciliter les manœuvres. Grâce aux sécurités mises en place sur les machines modernes, cette fonction, source d’accidents par le passé, n’est aujourd’hui plus dangereuse.  
Suivant les modèles, divers accessoires tels que barre de coupe ou débroussailleuse, par exemple, sont disponibles. 

La motobineuse

Variante du motoculteur, la motobineuse est un outil léger doté tantôt d’un moteur électrique, tantôt d’un moteur thermique. Elle est garnie de fraises, qui permettent une finition des terres déjà ouvertes et qui assurent, en action, le déplacement de la machine. Au repos, vous la déplacerez comme une brouette, grâce à une roue centrale amovible.
Sur les terres sèches ou fortes, la machine, trop légère, restera en surface, sans entamer la terre. Par ailleurs, cet appareil est davantage adapté aux petites et moyennes surfaces (jusqu’à 1 000 m2). Qu’il s’agisse du motoculteur ou de la motobineuse, le nombre de fraises - de deux à six - détermine la qualité du travail. 

Motobineuse thermique ou électrique ?

Les modèles électriques branchés sur secteur sont de plus en plus rares, car le fil d’alimentation limite trop les déplacements et augmente les risques de mauvaise manipulation. En revanche, les modèles dotés de nouvelles batteries i-lithium, reprennent eux une part de marché importante grâce à leur autonomie. Ils permettent de travailler n’importe où, et dans un silence appréciable.
Les moteurs thermiques, puissants et adaptés à tous les terrains, sont plus bruyants, même si les concepteurs travaillent sur des produits de plus en plus silencieux.