Comment réagir face à une crise d'épilepsie

Réactions à adopter face à une crise épileptique
Réactions à adopter face à une crise épileptique
Se retrouver face à un épileptique en pleine crise est loin d’être évident. La plupart des individus ne savent pas comment agir face à ce type de manifestation et se retrouvent désemparés. Voici nos conseils pour réagir efficacement face à une crise épileptique, et pour savoir comment anticiper son déclenchement.


Comment agir en cas d'épilepsie ?

Les crises pouvant être de plusieurs types (partielle simple ou complexe, tonico-clonique, etc.…). La réaction à avoir ne sera pas forcément la même selon qu’il y ait ou non perte de conscience.

Dans le cas d’une crise généralisée tonico-clonique (aussi appelée "grand mal"),  la crise épileptique est généralement spectaculaire. Elle réunit la perte de conscience, des spasmes musculaires répétitifs et parfois une perte de contrôle de la vessie.

Comportement à adopter :

  1. tenir compte de l’heure de début de la crise. En effet, celle-ci vous indique à postériori la durée de la crise épileptique, ce qui vous permettra d’en identifier le type, de tenir compte de cette durée et de la fréquence de ces crises (à noter également). En général, une crise dure entre 30 secondes et 3 minutes au maximum ;
  2. appeler les secours (15) en cas de difficultés respiratoires, de répétitions de la crise, ou si celle-ci se prolonge au-delà de 5 minutes ;
  3. rester présent auprès de la personne durant toute la durée de sa crise et bien après. La plupart des épileptiques sont dans un état d’intense confusion à la sortie de leur crise, ils auront besoin de soins, d’explications et de compréhension à ce moment là ;
  4. coucher l’intéressé sur le côté du corps, dans la position dite "PLS" (position latérale de sécurité). Mettez-lui un oreiller sous la tête et entourez sa nuque de coussins afin qu’il ne se blesse pas (et que sa tête ne subisse pas de choc) durant sa période d’inconscience ;
  5. vérifier régulièrement sa respiration. Si le visage devient cyanosé, il faut appeler les secours de toute urgence ;
  6. ne jamais transporter la personne durant sa crise et ne jamais lui donner ni eau, ni nourriture, ni médicaments !

A savoir : ne cherchez surtout pas à mettre une étoffe, votre main ou quoi que ce soit d’autre à l’intérieur de la bouche de l’individu. En effet, malgré la (fausse) croyance répandue selon laquelle il risque de s’étouffer avec sa langue, c’est plutôt vous qui risquez de l’étouffer avec un tissu, ou de vous faire mordre si vous mettez la main dans sa bouche.

Comment voir venir une crise épileptique

Il est beaucoup plus simple de porter assistance à un épileptique durant sa crise si l’on a pu anticiper cette dernière. Pour cela, il existe plusieurs signes avant-coureurs :

  • un individu cligne fréquemment des paupières, ou se plaint d’hallucinations visuelles, gustatives ou olfactives (aussi appelées auras) juste avant une crise ;
  • les muscles de l’intéressé se contractent et celui-ci perd (en partie ou totalement) la maîtrise sur son corps ;
  • l’épileptique peut émettre des sons ou des paroles incohérents ou sans rapport avec la situation ;
  •  les yeux peuvent se révulser lors d’une crise d’épilepsie. La réaction doit alors être immédiate car la crise a déjà débutée.

A savoir : une crise peut souvent se déclencher sans signes avant-coureurs. Ces derniers sont donc des indications à relativiser. 

Facteurs déclencheurs d’une crise d’épilepsie

Une crise d’épilepsie est favorisée par des situations de stress (tels qu’un examen à passer, un conflit à régler ou l’usage fréquent d’un jeu vidéo), par une forte angoisse, l’abus d’alcool ou de tabac, une fatigue excessive ou des stimulations visuelles trop intenses (un stroboscope par exemple).

Le maintien d’une excellente hygiène de vie est donc d’une importance vitale chez un épileptique.