Comment reconnaître un enfant dyspraxique ?

Reconnaître un enfant dyspraxique
Reconnaître un enfant dyspraxique
La dyspraxie est un trouble méconnu qui touche un peu plus de 5% des enfants, on parle aussi de maladresse pathologique. Le point sur ses orignines, ses manifestations et les différentes prises en charge possibles.


Qu'est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie fait partie des troubles spécifiques d’apprentissage.
C’est un trouble de la réalisation du geste volontaire, l’enfant a des difficultés pour

  • concevoir ;
  • programmer ;
  • et réaliser des gestes appris.

Un enfant dyspraxique est parfois incapable de réaliser un mouvement alors qu’il peut expliquer ce qu’il veut faire.

Chaque enfant dyspraxique est différent, mais il existe un certain nombre de caractéristiques communes :

  • grande maladresse ;
  • lenteur ;
  • troubles de l'attention et/ou de concentration ;
  • difficultés de repérage dans le temps et l’espace...

La dyspraxie n’est ni un trouble intellectuel ni un problème musculaire. Les recherches ont mis en avant une origine neurologique. Ce trouble peut être présent dès la naissance : certaines régions du cerveau dédiées aux mouvements présentent une immaturité empêchant la réalisation des gestes. C’est la dyspraxie développementale, souvent associée à la prématurité de l’enfant. En cas de lésion cérébrale connue, suite à un traumatisme crânien par exemple, on parlera de dyspraxie lésionnelle.

Les différents types de dyspraxie

Il existe plusieurs types de dyspraxies qui entraînent des symptômes différents.

La plus fréquente est la dyspraxie constructrice visuo-spatiale, caractérisée par des troubles du geste, du regard et de repérage dans l’espace. Citons encore les dyspraxies non visuo-spatiales, idéatoires, idéomotrices, orofaciales.

La dyspraxie peut être isolée ou associée à d’autres troubles :

dyslexie ;

dysorthographie ;

dysphasie ;

dysgraphie...

Dyspraxie : signes et diagnostic

La dyspraxie se révèle dans :

  • des activités de construction : légos, jeux de cubes, puzzles... ;
  • les travaux manuels : découpage ou collage... ;
  • les gestes de la vie quotidienne : manger avec des couverts, s’habiller, faire ses lacets.. ;
  • ou encore toutes les activités graphiques à l’école.

Les gestes sont bien souvent brouillons, se font par tâtonnement. C'est souvent au début de l’école primaire que les troubles deviennent très visibles, lorsque l'enfant doit apprendre à lire et écrire.

Le diagnostic doit être fait le plus tôt possible, il nécessite un examen neuropsychologique de l’enfant, incluant également un test de QI. Le diagnostic posé permet de mettre de côté une immaturité ou un retard intellectuel.

Scolarité et prise en charge d'un enfant dyspraxique

La prise en charge de la dyspraxie chez l'enfant est souvent multiple :

  • orthoptiste ;
  • ergothérapeute ;
  • orthophoniste ;
  • ophtalmologue.

Cette prise en charge sera plus ou moins longue en fonction de la sévérité du trouble.
La dyspraxie est à l’origine d’autres troubles de l'apprentissage, et il est important que la scolarité et les méthodes d'apprentissage d'un enfant dyspraxique soient adaptées.