Connaître les petits outils à main

Une petite pelle à main - © F. Marre
Une petite pelle à main - © F. Marre
La panoplie des petits outils, qu’on emporte avec soi dans un panier jusqu’au fond du jardin, est assez réduite. Transplantoir, griffe, gouge pour les mauvaises herbes à pivot, petit pulvérisateur rempli d’un insecticide ou d’un fongicide et sécateur constituent les accessoires utiles.


Le transplantoir

Il doit être robuste, si possible forgé, et en tout cas doté d’une lame épaisse. En effet, en tôle, ils rouillent à une vitesse déconcertante et plient au moindre effort. Veillez cependant à ce qu’il ne soit pas trop lourd. Au moment de l’achat, testez la prise en main et le poids des objets avant de vous décider.

La griffe multi-usage

Souvent négligée, elle est parfaite pour arracher en masse les mauvaises herbes de printemps, rases, grasses et fragiles, telles que les petites stellaires, les véroniques ou le mouron. Elle permet également de rechausser les plantes, d’enfouir de l’engrais, etc. Comme le transplantoir, elle doit être légère mais forgée, dotée d’au moins cinq dents, et d’un manche robuste et pas trop long

La gouge

Nécessairement épaisse (pour les mêmes raisons que le transplantoir), elle sert aux plantations profondes, à l’extirpation de plantes indésirables à pivot (pissenlit…), ou au prélèvement en douceur d’éclats de plantes vivaces.

Le pulvérisateur

Volontairement petit (1 litre ou 1,5 litre), il évite de multiplier les allers-retours quand on découvre un lis dévoré par les criocères ou un géranium tacheté d’oïdium, et permet d’agir aussitôt. Choisissez-le de qualité, à pression préalable. Vous pourrez même en prendre deux : l’un rempli d’un fongicide, l’autre d’un insecticide tout-venant.

Le sécateur

C’est un outil essentiel. Il doit être à la fois puissant et léger, et fait à votre main. La gamme étendue vous permettra de trouver du matériel adapté et de qualité. Mais il faut y consacrer du temps et des essais. 

Repérez les outils

L’une des caractéristiques des petits outils à main est qu’on les perd régulièrement. En attendant l’arrivée du marquage GPS, veillez à les rendre bien visibles, en entourant les manches de ruban adhésif orange vif ou jaune acide, ou en les peignant des mêmes couleurs. C’est assez inesthétique, mais c’est efficace.