Contrats de téléassistance : quels types, quelles durées d'engagement ?

Article mis à jour le 
Ce qu'il faut savoir sur la téléassistance médicalisée
Ce qu'il faut savoir sur la téléassistance médicalisée
Dans le domaine de la téléassistance médicalisée, vous avez le choix entre divers contrats. Mais entre les durées proposées, les clauses abusives et autres services et plate-formes, il n'est pas toujours simple de s'y retrouver. Notre article va vous aider à y voir plus clair. 


Téléassistance : contrat collectif ou individuel ?

Il existe en effet deux types de contrats. Premièrement, on trouve le contrat individuel. Il peut être signé avec le prestataire de votre choix.

Deuxièmement, on trouve le contrat collectif. L'accès à celui-ci est souvent possible grâce aux communes, communautés de communes et départements. La prestation et les prix sont négociés et plusieurs personnes en bénéficient.

Quels services doivent-être garantis ?

Le service minimum consiste à assurer, 24h/24 et 7j/7 :

  • la mise en relation avec la plate-forme ;
  • la mise en œuvre de tous les moyens pour vous porter assistance.

Les différents types de plate-formes

On distingue trois types de plate-formes :

  • la plate-forme d'écoute spécialisée ;
  • la plate-forme multi-services ;
  • la plate-forme médicalisée (plus rare) avec réception des appels par un expert de la santé.

Quelle est la durée d'un contrat de téléassistance médicalisée ?

Cela dépend en fait des contrats. Certains sont proposés pour un an et renouvelables par tacite reconduction. D'autres prévoient une durée indéterminée avec résiliation possible à tout moment et sans préavis.

En revanche, certains prestataires proposent, parfois, des durées d'engagement très longues. On les considère comme des clauses abusives.

Attention aux clauses abusives

Dès que l'on parle de contrat, il faut faire preuve de prudence et lire, très attentivement, toutes les clauses.

Certains organismes, par exemple, considèrent le décès de la personne comme unique motif légitime de rupture de contrat.

D'autres encore font payer leurs clients même lorsque le matériel est défaillant.

D'autres, enfin, proposent des contrats de deux voire quatre ans, des durées jugées trop longues par de nombreux spécialistes.

N'oubliez pas les frais annexes

Les frais annexes incluent, par exemple, le prix des communications téléphoniques passés par le bénéficiaire.

Ceux liés aux tests effectués, de façon hebdomadaire, par le prestataire, comptent aussi dans les frais supplémentaires.