Découvrir les métiers de vendeur en jardinerie et jardinier

Un vendeur en jardinerie avec des pots de fleurs
Un vendeur en jardinerie avec des pots de fleurs
Dans le domaine du jardinage, de nombreux métiers existent. Les termes utilisés, souvent proches les uns des autres, manquent parfois de clarté pour les consommateurs. Alors, est-ce qu’un vendeur en jardinerie est aussi un jardinier ? On vous éclaire.


Le vendeur en jardinerie

Les jardineries regroupent des spécialités aussi diverses que la vente de végétaux, de produits de traitement et d’engrais, de matériels à main et à moteur, d’animaux de compagnie, voire de fleurs coupées ou de livres. Elles font appel à des professionnels issus de diverses branches d’écoles horticoles. Ceux-ci doivent avoir en commun un goût prononcé du contact avec le public et être aptes à renseigner ou réorienter le consommateur.
Les formations correspondantes ont généralement lieu dans les écoles horticoles, avec une spécialisation éventuelle dans une branche commerciale (à partir d’un CAPA productions horticoles, voire un BTSA technico-commercial en végétaux d’ornement, pour les postes à responsabilité).

Le jardinier

Sous ce titre tout simple en apparence se cache un métier complexe. Les techniques de travail de la terre et des végétaux, l’emploi à bon escient d’éventuels traitements et engrais, etc., nécessitent une formation solide.

Mais la connaissance des végétaux, indispensable, n’est jamais complète. Les meilleurs jardiniers suivent une formation théorique dans des écoles et lycées spécialisés (lycée professionnel agricole), et continuent à se faire la main par l’intermédiaire de stages aussi multiples et nouveaux que possible.
Les jardiniers peuvent être amenés à travailler dans différents milieux : les espaces publics, les parcs, les jardins botaniques, les jardins privés, les terrains de sport…
Les diplômes obtenus sont assez variés, avec des niveaux de spécialisation divers (CAPA option travaux paysagers, BEPA option aménagement de l’espace, spécialité travaux paysagers, BPA ouvrier hautement qualifié en jardins et espaces verts, Bac Pro travaux paysagers…). Une formation spécifiquement française, celle de jardinier botaniste (CFPPA - CFAA), est dispensée en un an à Besançon. Mi-praticien, mi-scientifique, le jardinier-botaniste est surtout amené à travailler dans des collections, des conservatoires, des jardins botaniques et arboretums, publics ou privés.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".