Devenir illustrateur

Devenir illustrateur
Devenir illustrateur
L’illustrateur crée, adapte ou traduit un texte en images. Il utilise autant de techniques qu’il existe de supports pour les présenter : livres, magazines, journaux, affiches, et internet.


Rôles de l'illustrateur

Dans l’édition
C’est pour sa collaboration dans le milieu du livre que l’illustrateur est le plus connu :

  • il illustre les livres pour enfants ;
  • il illustre des ouvrages spécialisés ;
  • il crée des bandes dessinées ;
  • il imagine les couvertures.

Il a son propre univers :

  • une atmosphère ;
  • des décors ;
  • des personnages ;
  • et un style reconnaissable.

Dans la presse
Les journaux et les magazines requièrent également les compétences de l’illustrateur. Pour ce travail particulier, il doit retranscrire l’actualité souvent « chaude », avec humour et sarcasme. Il peut aussi avoir à dessiner des schémas, des horoscopes...

Dans la pub
L’illustrateur peut être amené à effectuer des campagnes publicitaires. Choisi par le directeur artistique pour respecter un cahier des charges très précis, il conçoit des images.

Dans l’informatique
De plus en plus l’illustrateur s’adapte aux nouveaux moyens de communication. Les blogs d’illustrateurs se multiplient sur internet. Ils participent aussi aux projets éditoriaux de nombreux sites, ou encore à la réalisation des jeux vidéo. Aujourd’hui, créer son propre site internet est devenu indispensable pour cette profession. 

Conditions de travail de l'illustrateur

Un travail varié
Quel que soit le support pour lequel il travaille, l’illustrateur peut employer de multiples techniques :

  • le dessin ;
  • la peinture ;
  • l’aquarelle ;
  • la gravure...

Il peut encore utiliser la photographie pour certains de ses projets. L’ordinateur est de plus en plus utilisé pour dessiner ou retoucher.

Travail solitaire
L’illustrateur est très souvent indépendant. Il travaille en free lance de chez lui (ou dans un atelier) et multiplie les clients :

  • dans l’édition ;
  • la presse ;
  • et/ou la publicité.

Le livre jeunesse reste la principale activité des illustrateurs, mais ils ont besoin de se diversifier pour gagner correctement leur vie. Un lourd travail de prospect est donc nécessaire. Il lui faut présenter son « book » et ses anciens travaux, lors de salons notamment. L’illustrateur peut aussi travailler en agence ou sur commande.

Travail avec l’auteur
L’illustrateur, lorsqu’il adapte un livre par exemple, doit conserver l’esprit et la volonté de l’auteur du texte. Il doit donc s’entretenir avec lui et effectuer des recherches sur le sujet.

Il en est de même dans les rédactions : l’illustrateur est soumis à la volonté du rédacteur en chef qui lui demande en général de traiter un sujet spécial.

Combien gagne un illustrateur ?

Faute de grille de salaires, il est difficile d’opérer une moyenne des salaires des illustrateurs. Leur rémunération est en général forfaitaire (entre 1 000 € et 4 500 € pour un album jeunesse, entre 150 € et 450 € pour une couverture de livre de poche, et 70 € en moyenne pour un dessin de presse). Elle est donc plus élevée si l’illustrateur travaille beaucoup ou régulièrement, selon le support pour lequel il travaille et selon la technique qu’il utilise.

Formations pour devenir illustrateur

Dès le bac
Dès la classe de seconde, le futur illustrateur peut se former au métier. Le bac STI arts appliqués est particulièrement convoité. Mais le candidat peut aussi suivre un bac général, puis une mise à niveau en arts appliqués (Manaa).

Bac + 2
Le métier n’exige aucune formation spécifique. Pourtant, il est recommandé de poursuivre au moins 2 ans d’études après le bac. Le BTS communication visuelle, par exemple, qui se prépare dans les écoles supérieures d’arts appliqués, possède une option graphisme-édition-publicité.

Les écoles
Elles sont souvent très réputées et délivrent des diplômes reconnus après 3 à 5 ans d’études.

  • Les écoles nationales des Beaux-Arts : plusieurs sites en France préparent au diplôme national d’arts et techniques (DNAT), ou à un diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) ;
  • L’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad) propose plusieurs formations. On l’appelle aussi « Arts-Déco » ;
  • L’Ecole nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) dispense un enseignement vaste dans le domaine artistique.

Qualités nécessaires pour devenir illustrateur

Avoir un coup de crayon
L’illustrateur doit évidemment posséder des qualités esthétiques et artistiques. Il lui faut aussi maîtriser des outils essentiels comme l’informatique.

Faire preuve d’imagination
Il doit aussi être créatif et original pour être reconnu et se distinguer. L’illustrateur doit pour ça être inspiré :

  • il lui faut s’intéresser au milieu artistique ;
  • connaître les bases de l’histoire de l’art ;
  • fréquenter les musées, voir des expositions...

Etre polyvalent
Il faut le savoir, réussir dans l’illustration est plutôt difficile. Les postulants sont nombreux et se faire remarquer peut s’avérer long. Ainsi, mieux vaut pour l’illustrateur qu’il sache s’adapter aux demandes des entreprises. Avant de pouvoir publier son propre livre, on lui proposera souvent des collaborations.

Il doit aussi être ponctuel et respecter les échéances (souvent courtes) que lui donnent les maisons d’édition ou agences de presse.

Contenu mis à jour le 05/06/2012