Electrocardiogramme (ECG)

L'électrocardiogramme
L'électrocardiogramme
Pour étudier le fonctionnement électrique du coeur, il faudrait en principe planter des électrodes à la surface du coeur et étudier comment les ondes se propagent d'une électrode à l'autre. Mais l'on s'est aperçu depuis longtemps qu'on obtient exactement le même résultat en installant les électrodes aux poignets, aux chevilles et sur la peau du thorax.


Principe de l'électrocardiogramme (ECG)

Quand l'onde électrique traverse le coeur, une infime partie de ce courant se propage à la surface du corps. En plaçant des électrodes de part et d'autre du coeur, on peut mesurer une activité électrique, l'enregistrer et étudier le fonctionnement du muscle cardiaque. Cet examen, qui porte le nom d'électrocardiogramme (ECG), est fondamental en cardiologie : il permet de poser des diagnostics précis (troubles du rythme, infarctus, péricardite, etc.), sans entraîner la moindre contrainte pour le malade.

Le déroulement de l'électrocardiogramme d'effort

L'électrocardiogramme est, en effet, un examen anodin et indolore, sans aucune contre-indication. Il est réalisé en quelques minutes et dans n'importe quelles conditions. Le médecin utilise une pommade à l'eau qui permet de transmettre plus facilement le courant électrique entre la peau et l'électrode.

L'électrocardiogramme d'effort se fonde sur le même principe, mais il est demandé au malade de pédaler sur un vélo à une vitesse constante pendant l'enregistrement, alors que l'on oppose une résistance de plus en plus forte au pédalage. Le malade doit ainsi arriver, par paliers successifs, à une fréquence cardiaque déterminée en fonction de son âge.

Cet examen est utile pour déceler des anomalies qui ne peuvent apparaître qu'à l'effort. Durant l'épreuve, on contrôle l'enregistrement électrocardiographique et la pression artérielle. Il faut, de surcroît, signaler au médecin toute douleur ou autre trouble susceptible de nécessiter l'arrêt de l'épreuve.