Electromyogramme : un meilleur diagnostic des affections neurologiques

L'électromyogramme
L'électromyogramme
L'électromyogramme (EMG) est un examen qui analyse l'activité électrique des muscles. Si vous ressentez régulièrement des fourmillements, des engourdissements, des picotements ou une baisse de sensibilité dans les membres, en particulier les bras, vous souffrez peut-être d'une maladie articulaire ou neurologique. Votre praticien peut alors vous prescrire un électromyogramme afin d'établir un diagnostic exact.


Electromyogramme et IRM

L'IRM et le scanner sont actuellement les deux techniques les plus utilisées dans le diagnostic et la surveillance des troubles ostéo-articulaires et des maladies neurologiques. L'électromyogramme, qui n'est pas très connu du grand public, est un examen largement utilisé dans le cadre des maladies du système nerveux périphérique. Son intérêt réside dans le fait qu'il aide le médecin à établir son diagnostic avec plus de précision qu'avec les autres méthodes. En effet, il met, non seulement, en évidence certaines pathologies, mais en plus, il indique avec exactitude l'endroit du corps où le nerf ne remplit plus correctement sa fonction. Petit rappel anatomique : ce sont les nerfs qui contrôlent l'activité musculaire. Le rôle des nerfs est donc de relayer le flux électrique envoyé par le cerveau afin de mettre en mouvement tout le corps.

Maladie neurologique et EMG

L'atteinte d'un nerf peut trouver son origine dans une maladie articulaire comme l'arthrose cervicale, par exemple. En effet, lorsqu'un nerf se trouve compressé au niveau des vertèbres cervicales, cela provoque un affaiblissement ou un blocage musculaire d'un des membres supérieurs. Notez qu'un dysfonctionnement nerveux peut également avoir une cause neurologique. C'est l'électrodiagnostic couplé à des examens supplémentaires qui le dira. Au cours de l'électromyogramme, le praticien insère une aiguille dans le muscle et stimule le nerf en différents point de son trajet. Il évalue ainsi l'activité motrice du corps aussi bien au repos qu'en mouvement.  Cet examen, non douloureux, est généralement prescrit pour diagnostiquer les pathologies suivantes :

  • myasthénie (maladie auto-immune entraînant une faiblesse musculaire) ;
  • syndrome du canal carpien ;
  • sclérose en plaques ;
  • syndrome de Guillain-Barré ;
  • dystrophies musculaires ;
  • neuropathies périphériques ;
  • fibromyalgie ;
  • lupus érythémateux ;
  • maladie de Parkinson ;
  • maladie d'Alzheimer.

Attention ! Certains médicaments peuvent influencer les résultats de l'électromyogramme, à savoir les anticholinergiques (médicaments prescrits dans la maladie de Parkinson) et les relaxants musculaires. L'usage de pommade ou de crème peut également fausser les résultats.