Mon enfant fume : que faire ?

Que faire si mon enfant fume ?
Que faire si mon enfant fume ?
42 % des jeunes commencent à fumer avant le BAC, pourtant 83 % d’entre eux reconnaissent que le tabagisme est mauvais pour la santé. Pourquoi les jeunes sont-ils attirés par la cigarette et comment réagir face à leur consommation de tabac ?


Mon enfant fume : comprendre ses motivations

Il est rare que les enfants de moins de 14 ans fument (3,4 %), mais à partir de 15 ans la proportion de jeunes attirés par la cigarette augmente. Pourquoi ?

1. Phénomène de groupe : à l’adolescence, les jeunes appartiennent à des groupes dont ils suivent les règles et les tendances pour rester intégré. Ainsi si la majorité du groupe auquel un jeune appartient fume, celui-ci pourra être amené à fumer pour se sentir intégrer et ne pas être mis à l'écart. C’est ce qu’on appelle un phénomène d’influence.

2. Modèle et mimétisme : un jeune construit sa personnalité notamment à partir de ce qu’il trouve intéressant chez certaines personnes qui lui servent alors de "modèle". Dans ce processus, si l’une des personnes qui lui sert de modèle fume, l’envie de lui ressembler pourra l’entraîner à consommer du tabac.

3. Séduction : fumer à l’adolescence c’est "faire comme les grands". Pour certains, c’est un moyen de se donner de l’assurance face à un(e) jeune du sexe opposé ou un moyen de le(a) séduire en lui montrant qu’il, ou elle, a un statut de "grand".

4. Défier l’autorité : l’adolescence est une période où il existe une opposition entre les enfants et les parents. Fumer, surtout si les parents ne le souhaitent pas, peut alors être une façon de se montrer différent de ses parents et de remettre en cause leur autorité.

Comment réagir face lorsqu'on découvre que son enfant fume ?

Il n’y a pas de solution miracle. La question est : est-ce que cela vous gêne ? Et surtout pourquoi ? Parce que sa santé est en danger ? Parce qu’il ne vous écoute pas une fois de plus ? Parce que vous avez l’impression que ce n’est pas son choix mais qu’il suit une mode ? Une chose est sûre, il faut en parler. Mais comment aborder vos craintes sans le braquer ?

1. Être informatif : lorsque vous parlez à votre enfant du tabagisme, il est fort probable, si vous ne l’avez pas fait avant, qu’il ne connaisse pas bien ses effets. Parlez-lui de façon claire et informative en lui expliquant leurs conséquences sur la santé. De plus, évitez de lui imposer vos choix ou de lui interdire formellement de fumer, car il est quasiment sûr, alors, qu’il continuera de fumer, ne serait-ce que par opposition.

2. Comprendre ses raisons et essayer de trouver une autre solution : parfois, la consommation de tabac intervient lorsqu’un jeune ne sait pas quoi faire d’autre pour se faire intégrer ou accepter. Par exemple, un jeune qui souhaite s’intégrer dans un groupe où la majorité fume, peut ne pas savoir comment faire pour être accepté sans fumer. Autre cas de figure, une fille attirée par un garçon, pensera parvenir à le séduire plus facilement en fumant, si celui-ci fume. La "pause cigarette" peut alors être un moyen de rapprochement. Il est important, ici, que vous soyez tolérant et que vous proposiez des solutions alternatives à la cigarette.

3. Maintenir votre autorité et la réflexion : le tabagisme peut être un moyen de remettre en cause votre autorité. Fumer peut alors être un moyen de tester les limites de votre autorité. Toutefois, si vous interdisez la cigarette, ne le faites pas en vous montrant autoritaire et sans discussion. Effectivement, lorsqu’on impose un choix à une personne, on diminue sa capacité à réfléchir et, bien souvent, on la braque. Il est important que vous puissiez expliquer vos décisions pour qu’elles soient comprises et apparaissent justes. Amenez, par exemple, la réflexion sur les dépenses qu’occasionne le tabagisme et sur les choses que votre enfant pourrait réaliser avec l’argent dépensé.