Mon enfant va se faire opérer des végétations

Par : Aurélien Besnard - Dernière modification : 15 mars 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
operation vegetations

Se faire opérer des végétations

Parce qu’elles expliquent souvent des rhumes, des otites à répétition ou encore des baisses d’audition, il faut parfois ôter les végétations. Cette ablation, qui se pratique généralement à partir de 15-18 mois, donne de très bons résultats. Ce qu’il faut savoir.


Quand se faire opérer des végétations ?

Situées à l’arrière des fosses nasales, les végétations forment une des principales barrières aux maladies de la sphère ORL. Lors d’épisodes infectieux, ces tissus augmentent naturellement de volume, signe qu’ils remplissent leur rôle et sécrètent bien des anticorps, avant de retrouver leur taille normale.  

Mais ce mécanisme peut se dérégler. Les végétations restent alors exagérément volumineuses et se transforment en foyer infectieux chronique. Avec à la clef, des rhumes et des otites aigües à répétition mais aussi des otites séreuses pouvant provoquer une baisse de l’audition. Des végétations hypertrophiées peuvent également expliquer des ronflements nocturnes ou encore des difficultés à respirer par le nez.
 

L’indispensable rencontre avec l’anesthésiste

Comme avant toute intervention chirurgicale, vous et votre enfant allez dans les 15 jours qui précèdent l’opération, rencontrer l’anesthésiste. N’oubliez pas d’apporter son carnet de santé, les résultats du bilan sanguin qui lui a été prescrit et les ordonnances de ses éventuels traitements en cours. 

Cette consultation permettra de vérifier qu'il n'y a pas de contre-indication à pratiquer une anesthésie générale. Mais c’est aussi l’occasion de poser toutes les questions qui peuvent vous venir à l’esprit. A l’issue de l’entretien, l’anesthésiste vous remettra un formulaire d'autorisation qui devra être signé par les deux parents. 
 

Opération des végétation : moins de 30 minutes sur la table d’opération

Le jour J, vous serez accueillis dans le secteur pédiatrique du service de chirurgie ambulatoire. Votre enfant devra être à jeun, pas de biberon de lait ni même d’eau avant d’arriver. Après lui avoir fait un câlin et réexpliqué avec des mots simples ce qui allait se passer, vous le laisserez partir au bloc avec son doudou ou un petit jouet. Il va y rester moins d’une demi-heure. Sous anesthésie générale, l’ORL va retirer à l’aide d’une curette introduite par sa bouche le tissu adénoïdien. 

Si votre enfant souffre d’otites sérieuses, peut-être le médecin en profitera-t-il pour pratiquer une paracentèse et/ou poser des aérateurs transtympaniques (yo-yo, diabolos) pour drainer les sécrétions accumulées derrière son tympan.
 

Des douleurs très légères, pas de cicatrice

La douleur postopératoire est très modérée, un peu de paracétamol suffit à la soulager. Votre enfant n’aura aucune cicatrice mais des petits saignements de nez sont possibles pendant une ou deux heures. 

L’introduction d’instruments dans sa bouche peut aussi provoquer une plaie au niveau de la langue ou de la lèvre, voire accélérer la chute d’une dent de lait. Plus rarement, outre d’éventuelles et exceptionnelles complications liées à tout geste chirurgical, le saignement postopératoire peut persister et nécessiter un acte médical pour le stopper. On peut également constater une voix plus nasillarde mais elle sera rééduquée par l'orthophoniste. 
 
Cependant, dans la grande majorité des cas, les jeunes opérés, après avoir mangé et avoir vu un médecin, rentrent à la maison avant la fin de la journée. Ils devront simplement prendre des antibiotiques et éventuellement des antalgiques pendant quelques jours mais pourront retourner à la crèche dès le surlendemain. 
 
L'hôpital le plus proche de chez vous ?

Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x
 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu