Mollusques : escargot, moule, pieuvre, bénitier…

Il existe 45 espèces de littorines
Il existe 45 espèces de littorines
Le bénitier grand comme une baignoire et la minuscule littorine, le calamar géant des abysses et la limace de nos jardins sont tous et en dépit des apparences issus d'un ancêtre commun.


7 classes, 35 ordres, 232 familles, 117 000 espèces

Il est bon, tout d'abord, de rappeler ce qu'est un mollusque, car peu de gens savent ce qu'on doit inclure dans ce groupe. Les mollusques sont des invertébrés à corps mou, le plus souvent muni d'une coquille externe, à l'exception de certains céphalopodes. Dans l'embranchement des mollusques, on trouve notamment les gastéropodes (escargots, bigorneaux, aplysies, etc.), les bivalves (la coque, l'huître, le couteau, la moule, etc.), les polyplacophores (les différentes espèces de chitons), les céphalopodes (nautile, pieuvre, calmar, seiche, etc.), ainsi que quelques groupes d'importance moindre, comme les dentales. Tous ces animaux sont donc apparentés et proviennent d'un ancêtre commun, qui vivait il y a plus de 500 millions d'années, âge du plus ancien fossile de mollusques connu. On dit d'un tel groupe qu'il est monophylétique.

Les mollusques sont partout

Patelle ou bernique
Patelle ou bernique

De nombreux mollusques sont susceptibles d'être rencontrés par le promeneur ou le pêcheur à pied sur les côtes de France.
Il y a bien sûr la multitude de petits gastéropodes de l'estran comme les bigorneaux ou les gibbules et les chapeaux chinois, patelle ou arapède dans le sud ou bernique (bernic = petit chapeau- en breton), mais il y a aussi des animaux moins connus comme les aplysies (lièvre de mer) ou les anodontes (moule d'eau douce).

Les chitons (les mollusques polyplacophores) font partie de ces espèces que peu de personnes savent identifier. Ce sont de petits animaux de forme ovale que l'on trouve en soulevant les pierres. Les huit plaques superposées qui couvrent l'animal permettent une identification immédiate. Les chitons se fixent fermement sur les rochers grâce à leur pied, ils consomment les algues encroûtantes qu'ils détachent avec à leur radula, une longue langue cornée.
Autres animaux curieux, les dentales sont de petits mollusques présentant une longue coquille conique ouverte à ses deux extrémités. Ils vivent enfouis dans le sol, la partie large de la coquille laissant dépasser le pied, qui leur permet de se mouvoir, ainsi que de petits tentacules. Ils se nourrissent de petits organismes et de détritus. En se promenant le long de l'estran, il arrive de trouver la coquille vide de ces animaux.

Aplysie ou lièvre de mer
Aplysie ou lièvre de mer

Autre bizarrerie de nos côtes, les aplysies qui sont de curieux gastéropodes à la coquille réduite sinon invisible, on les appelle également lièvres de mer. D'une couleur brune à violacée, parfois tachetée, les aplysies peuvent atteindre une taille de 20 cm. Elles se rencontrent parfois en masse sur l'estran, échouées ou sur leur support. Les aplysies emploient la même stratégie que les seiches, en cas de danger elles projettent un écran opaque pour semer leur poursuivant. Cet écran est fait d'une encre épaisse qui se dilue en dessinant des volutes de couleur violette du plus étonnant effet.

Et n'oublions pas que certains de ces mollusques, parmi les céphalopodes, peuvent être capturés en pêchant au haveneau, comme la seiche (Sepia officinalis), la petite sépiole (genre Sepiola) ou des juvéniles de calmar (Loligo vulgaris).

Le poulpe (Octopus vulgaris), lui, se rencontre dans les anfractuosités des rochers. Cet animal est devenu rare après l'hiver extrêmement rigoureux de 1963, il tend cependant à recoloniser son aire d'origine.

Enfin, il est possible de trouver une multitude de bivalves dans la zone de balancement des marées, notamment les huîtres, les coques, les praires, les palourdes, les pétoncles et encore bien d'autres fruits de la mer.
 

Les mollusques bivalves

Bénitier dans l'église de Mornac-sur-Seudre, un bénitier peut atteindre la taille de 1.5 m
Bénitier dans l'église de Mornac-sur-Seudre, un bénitier peut atteindre la taille de 1.5 m

Le plus grand : le bénitier (Tridacna gigas) 1,50 m ; 320 kg.
Un des plus petits : la dreisene (dreisena polymorpha) ou moule d'eau douce zébrée, 1 à 2 mm ; 0,5 gr.
Les mollusques bivalves tiennent leur nom de leur caractéristique la plus évidente, une coquille formée de deux valves articulées par un ligament élastique.
La coquille est secrétée par le manteau, ce denier formant deux lobes qui entourent le reste des parties molles.
Ce sont des animaux à la forme variable, depuis l'élégante coquille Saint-Jacques jusqu'au couteau en passant par des espèces garnies d'épines comme la bucarde. Ils vivent la plus souvent enfouis dans le substrat ou accrochés par un byssus à des supports divers, comme les rochers ou les épaves.

Coquilles de couteaux
Coquilles de couteaux

Les bivalves n'ont pas de tête différenciée mais ils possèdent un long pied qu'ils sortent par l'entrebâillement de la coquille pour se mouvoir.
Ce sont des animaux filtreurs qui se nourrissent d'organismes microscopiques en suspension dans l'eau, essentiellement du phytoplancton. L'eau entre par un orifice inhalant et sort par un orifice exhalant, ces orifices pouvant être prolongés par de longs siphons chez les bivalves fouisseurs. C'est d'ailleurs grâce à ces siphons que l'on peut facilement repérer une coque, un couteau ou une palourde. Lorsque l'animal est enfoui, les siphons montent jusqu'à la surface du substrat, créant ainsi deux orifices bien visibles dans le sol. Il suffit de plonger le doigt dans le sable ou la vase pour déterrer le coquillage ainsi repéré. Une fois inhalée, l'eau est filtrée par les branchies qui assument deux rôles : la respiration et la rétention des particules alimentaires. Ces dernières sont amenées à la bouche, ornée de quatre lobes ciliés qui assurent le tri final. Enfin, il faut préciser que les deux valves peuvent se fermer fortement grâce à 1 ou 2 muscles adducteurs.

Les bivalves les plus courants que l'on doit connaître car excellents comestibles sont la moule (genre Mytilus), l'huître creuse (Crassostrea gigas), l'huître plate (Ostrea edulis), la palourde croisée (Ruditapes decussatus), la coque (Cerastoderma edule), les couteaux (genre Ensis), le praire (Venus verrucosa), la coquille Saint-Jacques (Pecten maximus) et le pétoncle (Chlamys varia).


Article par Arnaud Filleul.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".